Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Annuaire européen d'administration publique, n° 33. Les problèmes de l'eau en Europe

Couverture du livre Annuaire européen d'administration publique, n° 33. Les problèmes de l'eau en Europe

Date de saisie : 23/11/2011
Genre : Environnement
Editeur : Presses universitaires d'Aix-Marseille, Aix-en-Provence, France
Auteur :

Prix : 60.00 €
ISBN : 978-2-7314-0788-4
GENCOD : 9782731407884 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 01/11/2011

 
 
4ème de couverture

Numéro consacré aux problèmes de l'eau dans différents pays...

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Extrait de l'introduction de Jean-Marie Pontier, Professeur à l'École de Droit de la Sorbonne (Université Paris I).

Une fois n'est pas coutume, commençons en faisant appel à un autre genre, la poésie (art un peu trop sous-estimé aujourd'hui), avec cette oeuvre d'un poète contemporain, et intitulée «Comme l'eau passe» :

Une rivière sur laquelle
Se couche à l'aise tout le ciel,

Quatre platanes qui se penchent
Jusqu'à toucher l'eau de leurs branches.

L'été scintille, transparent,
Avec l'éclat d'un diamant

Qu'un soleil lent mais entêté
Ne cesse jamais de tailler.

Comme l'eau passe devant moi,
Le temps coule entre les doigts

Maurice Carême

Il serait agréable de ne s'en tenir qu'à la poésie, qui nous dit toujours des choses profondes sur nous-mêmes. L'eau qui passe comme le temps qui «coule entre les doigts» nous rappelle notre condition, qui fait de nous, comme de tous les êtres vivants, des êtres de passage. Et l'eau y joue une place importante, ne serait-ce que parce que, comme nous le rappellent les biologistes, nous sommes constitués principalement d'eau.

L'eau source de vie, l'eau mortelle, il est impossible de séparer ces deux aspects, ce qui a une incidence directe sur les mesures prises ou à prendre.

L'eau est source de vie parce que la vie n'aurait pu se développer sur la planète terre sans elle. Elle n'est pas, et de loin, la seule condition de la vie, mais un astre sans eau est un astre mort, il est inutile d'y chercher des traces de vie (sauf à imaginer des formes de vie totalement différentes de celles que nous connaissons sur terre, ce que seule la science-fiction peut se permettre). Les océans sont peut-être (car d'autres hypothèses sont formulées aujourd'hui, nous ne sommes pas, et de loin, au terme des recherches en ce domaine) le lieu où sont apparues les premières manifestations de la vie sous ses formes les plus élémentaires.

Les océans peuvent être également dévastateurs. L'eau est facteur de mort non seulement parce que l'on peut se noyer mais, surtout, parce que des inondations présentant un caractère catastrophique peuvent survenir. Et si les prévisions des experts concernant le réchauffement climatique et la hausse des eaux correspondant se vérifient, d'immenses territoires habités et occupés par les hommes seront submergés, avec des conséquences dont nul ne peut à l'heure actuelle prévoir l'ampleur et les effets.

C'est précisément parce que l'eau peut être, et devient, un problème que les autorités publiques sont tenues d'intervenir, d'agir. Nous sommes loin des considérations des poètes, nous ne pouvons revenir à une nature primitive, encore moins à une nature accueillante comme la voyait Rousseau, nature qui est chimérique, d'abord parce que la nature réelle est hostile pour l'être humain, ensuite parce que la nature telle que nous la rêvons n'existe pas, enfin parce la nature que nous voyons, dans nos pays, est une nature largement reconstruite par l'homme.

Un premier constat est celui d'une demande en eau qui ne peut que croître au cours des années qui viennent. Le rapport mondial des Nations Unies sur l'évaluation des ressources en eau, publié tous les trois ans, met l'accent, dans sa troisième édition (2009, avec pour intitulé L'eau dans un monde qui change) sur l'importance de l'eau dans le développement et la croissance économique. Plusieurs raisons contribuent à cette croissance de la demande : la croissance démographique, mais également l'évolution des modes de consommation alimentaire comme des modes de vie, à qui s'ajoutent l'accroissement des besoins en énergie. Par ailleurs les changements climatiques, déjà perceptibles, ont un effet sur l'eau disponible, en exerçant une pression croissante sur les ressources hydriques. L'accès aux services de base liés à l'eau (eau potable, assainissement, usages liés à la production alimentaire) est insuffisant pour une grande partie des pays en développement.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?