Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Derniers carnets : scènes de la vie politique en 2012 (et avant)

Couverture du livre Derniers carnets : scènes de la vie politique en 2012 (et avant)

Date de saisie : 28/05/2012
Genre : Documents Essais d'actualité
Editeur : Flammarion, Paris, France
Auteur : Franz-Olivier Giesbert

Prix : 17.90 €
ISBN : 978-2-08-128256-8
GENCOD : 9782081282568 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 11/05/2012

 
 
Le podcasting des écrivains

De Franz-Olivier Giesbert - 14/06/2012
Franz-Olivier Giesbert au micro de Jean Morzadec

Télécharger le MP3

 
 
4ème de couverture

J'écris toujours devant une fenêtre et, depuis quelque temps, quand je travaille sur un livre politique, j'ai de plus en plus de mal à résister à son appel : dehors, mes oliviers me réclament pour que je les taille ou les arrose.
Il fallait en tirer les conséquences : ceci est mon dernier livre politique au sens strict. Mon testament. Mes adieux à la scène de vieux chroniqueur ronchon. Pour raconter la dernière campagne à un moment crucial pour la France, j'ai vidé les carnets à spirale sur lesquels je note tout, depuis les années quatre-vingt, en convoquant les protagonistes de 2012, comme Hollande ou Sarkozy, ou les grands acteurs d'antan, comme Chirac ou Mitterrand. Tous si romanesques qu'avec eux, l'Histoire en devient presque picaresque...

F.-O.G.

Écrivain, journaliste, Franz-Olivier Giesbert fut directeur de la rédaction du Nouvel Observateur puis du Figaro avant de diriger Le Point. Il est notamment l'auteur de La Tragédie du Président, La Souille, L'Américain, L'Immortel et Le Lessiveur.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Déjeuner à l'Élysée

«Bienheureux les fêlés, car ils laisseront passer la lumière.»
Michel Audiard

Il y a des jours où, sous l'effet de la canicule, le monde se liquéfie, les chemises et les caleçons vous collent à la peau, les pieds à demi cuits clapotent dans les chaussures mouillées, comme des sardines dans leur huile.
Ces jours-là, je pue. Tout le monde pue, mais j'ai toujours le sentiment de puer davantage que les autres, obsédé que je suis par l'odeur de mes dessous de bras, une odeur d'orange pourrie qui aurait macéré dans une flaque d'urine. Elle me donne envie de disparaître.
Le 1er juillet 2011 était un jour comme ça, à partir à la mer ou à se jeter dans la Seine. Nicolas Sarkozy m'avait invité à déjeuner à l'Élysée avec son conseiller Jean-Michel Goudard. Il ne faut jamais voir Sarkozy seul. C'est le genre de personnage qu'on ne rencontre pas sans témoin. Sinon, il risque de vous prêter, par la suite, des propos que vous n'avez pas tenus et qui vous saliront.
Avec lui, je n'accepte donc de déjeuner qu'en compagnie de Jean-Michel Goudard, un vieil ami qui avait fait la campagne de Jacques Chirac en 1995 avant de lui tirer sa révérence après l'élection. Ex-roi de la pub mondiale, ancien pilier du Crazy Horse, c'est un personnage solaire, perpétuellement habité par cette euphorie propre aux grands désespérés, qui aime Sarkozy d'un amour vrai, comme les parents peuvent aimer leurs enfants tyranniques et surdoués. Ce septuagénaire est le communicant en chef de l'Élysée où il est bénévole. Il souffre d'une maladie auto-immune, le pemphigus, qui provoque des lésions sur la peau. J'ai peur pour lui, mais rien, jamais, ne lui fait perdre son sourire.
Je me suis souvent dit que Sarkozy ne devait pas être si mauvais pour être aimé à ce point par un homme comme Goudard qui, depuis l'élection de 2007, a sans arrêt cherché à le protéger contre lui-même et sa volonté de se montrer. Si quelqu'un a eu une influence positive sur le président, c'est bien lui.
Il a, de surcroît, le nez creux. Un soir, je l'avais invité à dîner avec François Hollande pour qu'il me dise ce qu'il pensait de lui. C'était en 2009, son éventuelle candidature semblait une blague. Pendant tout le repas, Jean-Michel Goudard avait soupesé la bête en professionnel, avec un oeil de maquignon, avant de laisser tomber : «Intelligence supérieure. Beaucoup de brio, de charme et de vitalité. Il y a du Chirac là-dedans, mais sans la boulimie ni les excès.
Franchement, ça peut le faire.» Puis : «Il n'a qu'un problème, un seul. C'est son image de mollesse et de gentillesse. Les Français ne voteront jamais pour quelqu'un qu'ils soupçonnent d'être mou ou gentil. S'il travaille bien ça, il fera un excellent candidat.»
Ce 1er juillet 2011, Goudard n'avait rien dit pendant le déjeuner à trois qui s'était déroulé sur la terrasse du palais de l'Élysée, avec vue sur le jardin où les grands arbres, figés par la chaleur, ne bougeaient pas une feuille. Quant à moi, j'avais à peine ouvert la bouche. Mais il est vrai que déjeuner avec Sarkozy consiste à l'écouter parler. Il fait les questions et les réponses.
Je l'écoutais tout en pestant contre le mauvais goût culinaire du président qui croyait qu'il me ferait avaler, en plein cagnard, des carottes naines entrelardées de jambon nageant dans une sauce à la béchamel et, à en croire la couleur, au curry. Je préférais ne pas y toucher, prêt à lui répondre, au cas où il me demanderait pourquoi, que mon végétarisme m'interdisait de toucher à la viande de porc, le cochon étant, depuis mon enfance à la ferme, mon frère de coeur et de sang.

 
 
Revue de presse

Vincent Giret - Libération du 10 mai 2012
Dans son nouvel ouvrage, l'auteur éclaire le naufrage de Sarkozy avec de nouvelles scènes, toujours aussi sidérantes et crépusculaires. FOG a décidé de ne plus se rendre seul aux «convocations» du Président. «Trop dangereux», avec un homme qui piège, menace et ment avec tant d'aplomb. Il y aura donc toujours un témoin lors de leurs dernières entrevues. Giesbert passe aussi à sa moulinette et pour la première fois, le nouveau venu François Hollande qu'il côtoie de longue date et en qui il n'avait vu dans les années 90, qu'un «petit malin». On le sent soudain un peu dépité : sur ce nouvel entrant, nulle trace des traits et des turpitudes qui firent la renommée de ses prédécesseurs. FOG constate que cet «Artaban mal fagoté» a «laissé son moi chez lui» ; il ne l'a jamais pris «en flagrant délit de mensonge», soupçonne chez lui «un énorme déficit de cynisme», n'a trouvé dans son entourage «aucun des fripons et des affairistes» qui collaient à Mitterrand, et n'en revient toujours pas de ne l'avoir «jamais vu avec un livre». On sent bien pourtant que FOG lui pressent un sacré destin.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?