Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. La grotte du Pont d'Arc : dite grotte Chauvet : sanctuaire préhistorique

Couverture du livre La grotte du Pont d'Arc : dite grotte Chauvet : sanctuaire préhistorique

Date de saisie : 05/06/2015
Genre : Archéologie, Préhistoire
Editeur : Actes Sud, Arles, France
Auteur : Jean Clottes
Préface : Jean Guibal

Prix : 25.00 €
ISBN : 9782330035778
GENCOD : 9782330035778 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 03/06/2015

 
 
4ème de couverture

Début 1995, l'annonce de la découverte de la grotte Chauvet-Pont d'Arc fut un événement. Des centaines d'animaux de qualité esthétique majeure étaient représentés dans une région où l'on connaissait quelques grottes ornées des temps glaciaires mais aucune de premier plan. Les espèces préférées, rhinocéros laineux, lions des cavernes, mammouths, étaient rares ailleurs. Son caractère exceptionnel fut renforcé quelques mois plus tard lorsque des datations par le radiocarbone en firent la plus ancienne grotte ornée d'Europe. Depuis 1998, une équipe scientifique l'étudie sous tous ses aspects. Jean Clottes l'a dirigée à ses débuts avant que son collègue Jean-Michel Geneste n'en prenne le relais. Il nous raconte ici cette aventure.

Jean CLOTTES
Conservateur en chef honoraire du Patrimoine
Ancien responsable de l'étude des grottes Chauvet et Cosquer
Directeur de la collection "Arts rupestres" au seuil

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

LA BASSE VALLÉE DE L'ARDÈCHE

À L'ÉPOQUE GLACIAIRE

Si nous pouvions remonter le temps, nous trouverions l'Ardèche des premiers visiteurs de la grotte Chauvet-Pont d'Arc à la fois étrange, avec ses paysages glaciaires et ses animaux sauvages, et pourtant familière.

Lorsque commence la fréquentation de la grotte Chauvet-Pont d'Arc par l'homme, il y a environ trente-sept mille ans, les profondes gorges de l'Ardèche et les plateaux qui les entourent existent depuis des millions d'années et présentent en gros leurs caractéristiques actuelles, avec leurs falaises creusées d'abris et de grottes. Au fil des millénaires, certaines s'effondreront et d'énormes éboulis se constitueront sur les pentes, comme ce fut le cas pour Chauvet-Pont d'Arc dont l'entrée se colmata ainsi il y a plus de vingt millénaires. Le paysage géologique, toutefois, est quasiment le même que celui que nous connaissons, avec l'Ardèche qui serpente sur près d'une trentaine de kilomètres au fond de ses canyons.
Le climat, en revanche, est nettement plus froid. Les spécialistes estiment que la température sur l'année devait être en moyenne de 4,5 °C inférieure à celle de nos climats tempérés. Cela correspond à peu près aux températures actuelles du Sud de la Norvège. C'est suffisant pour entraîner des modifications considérables des paysages, des animaux qui y vivent et, par voie de conséquence, des modes de vie des gens.
Les plateaux étaient comparables à une steppe, surtout herbeuse. Les paysages, de hauteur et de vallée, n'étaient cependant pas dépourvus d'arbres, bien qu'ils fussent moins nombreux et moins denses que de nos jours. As comprenaient surtout le pin sylvestre, le bouleau et le genévrier, comme l'ont révélé les analyses des pollens transportés tout au fond de la grotte par les ours et par les hommes.
Les animaux pullulaient : troupeaux de chevaux, de bisons ou d'aurochs, boeufs musqués au front puissant, mammouths aux longues défenses, bouquetins dans les rochers, rennes et diverses espèces de cerfs, celui que nous connaissons et un autre qui a depuis disparu, le spectaculaire cerf mégacéros, aux bois de 3 mètres d'envergure. Ils seront tous représentés dans la grotte Chauvet-Pont d'Arc, comme leurs prédateurs, les énormes bons des cavernes sans crinière, la panthère des neiges ou encore l'hyène. Le gigantesque ours des cavernes (plus de 3 mètres de haut lorsqu'il se tenait debout) hantait les lieux depuis des milliers d'années. Ses traces sur les sols, ses griffades sur les parois et ses ossements abondent dans la grotte Chauvet-Pont d'Arc, où il a précédé les hommes et qu'il a fréquentée pendant de nombreux millénaires, surtout pour y hiberner.
Les plus anciens auteurs des peintures de la grotte Chauvet-Pont d'Arc sont appelés Aurignaciens. Ils vivaient de chasse, de pêche et de cueillette. Es ne cultivaient pas ni n'élevaient des animaux. C'étaient des prédateurs. On connaît leurs armes par leurs pointes de sagaies, le plus souvent en bois de cervidé ou en ivoire de mammouth, parfois à base fendue afin de pouvoir les insérer dans une hampe en bois qui ne s'est pas conservée. Ni le propulseur ni l'arc n'avaient encore été inventés et la chasse, certainement collective, devait exiger une approche du gibier à quelques mètres. Ce n'était pas sans risques...
Les Gravettiens, qui leur succèdent il y a environ trente mille ans et qui ont eux aussi fréquenté la grotte, sont leurs descendants directs. Ils ont quelque peu perfectionné leur outillage dont les formes nouvelles permettent aux spécialistes de les o^stinguer de leurs prédécesseurs, mais les modes de vie restent essentiellement les mêmes.
Si la chasse laisse des traces concrètes avec les os des animaux consommés, il n'en va pas de même de la cueillette des baies, des fruits et des tubercules comestibles, qui dut pourtant jouer un rôle majeur dans l'alimentation de l'époque. On le sait par les comparaisons que l'on peut faire avec des peuples contemporains ou disparus il y a peu qui pratiquaient encore ces modes de vie de chasseurs-cueilleurs. En général, les apports de la cueillette - souvent par les femmes et les enfants - sont nettement supérieurs à ceux de la chasse, car beaucoup moins aléatoires.
(...)

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?