Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. 100 idées : l'aventure des seventies

Couverture du livre 100 idées : l'aventure des seventies

Date de saisie : 17/11/2015
Genre : Documents Essais d'actualité
Editeur : Hoëbeke, Paris, France
Auteur : Marie-Claude Treglia

Prix : 34.00 €
ISBN : 9782842305345
GENCOD : 9782842305345 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 14/10/2015

 
 
4ème de couverture

Créé fin 1972,100 Idées fut le magazine enthousiaste de toute une génération qui voulait «repenser sa vie». Dans son domaine - la mode et l'art de vivre -, le journal prône gaiement le do it yourself, les couleurs bigarrées, une créativité débridée.
Il va durer près de vingt ans et se vendre à des centaines de milliers d'exemplaires chaque mois, chamboulant, dès le premier numéro, tous les standards des magazines de sa catégorie. Au sommaire, le voyage, le savoir-faire des artisans du monde, la quête d'authenticité, l'envie de retour à la terre... Mais aussi les mille et une manières de mettre de la couleur et de la fantaisie dans tous les moments de la vie, façon flower power, et de prendre ses distances avec la société de consommation en retrouvant ses racines et l'art des choses simples : faire son pain, tisser, tricoter de gros pulls en laine naturelle... L'inspiration de 100 Idées, c'est l'air des seventies.
Les modèles créés par les stylistes du magazine, dont 30 patrons à (re)faire soi-même sont reproduits ici, invitent à inventer sans complexe, à récupérer, à détourner. À jongler sur l'unisexe et émanciper la mode enfantine du rose et du bleu layette. Loin de tout diktat.
100 Idées, l'aventure des seventies, c'est l'histoire d'un journal pas comme les autres qui, lui-même, raconte l'histoire d'une époque gaie, libérée et inventive qui n'a pas fini d'inspirer la nôtre, en mal, elle aussi, d'authenticité et de fantaisie. Un vrai manuel joyeux de contre-culture, furieusement actuel.

Ancienne élève de l'École normale supérieure, Marie-Claude Treglia a consacré ses années de recherche à la sociologie de la presse féminine, notamment du magazine Marie Claire du début des années 1980. Dès 1987, elle intègre la rédaction du magazine en tant que grand reporter puis rédactrice en chef adjointe. Elle est aujourd'hui journaliste indépendante, spécialiste des questions de psycho-société.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

100 IDÉES
L'AVENTURE DES SEVENTIES

Ils ont marché sur l'eau. Surfé sur la vague de liberté et d'inventivité des années 1970. L'époque avait des rêves, des ambitions. Eux aussi. Ils étaient l'époque, et c'est pour cela que leur magazine, hors normes, a connu un tel succès et reste encore, quarante ans plus tard, gravé dans les mémoires. Fraternité, légèreté, créativité. Telle était leur devise. Dans la vie comme dans chacun de leurs articles.
«Le bonheur est au bout des mains», déclarait le directeur, Gaston Bonheur, dans l'édito du premier numéro. Revisitant le slogan maoïste de 68, «le pouvoir est au bout du fusil», il livrait là toute la philosophie du journal. Oui à la révolution, non à toute forme de violence. 100 Idées entendait bien changer la vie, mais en douceur, par les menus gestes de la vie quotidienne.
Non, broder, coudre, tricoter ne sont plus réservés aux mamies et autres bourgeoises oisives, disait le journal. C'est un signe d'émancipation, une façon de (re)prendre les rênes de sa vie, de dire non au prêt-à-consommer. Et si on regardait le monde en beau... Si on laissait enfin libre cours à l'imagination... Si on devenait les artisans actifs de notre quotidien... C'est ce qu'ont fait tous les collaborateurs de ce drôle de magazine, ouvrant la voie à tous leurs lecteurs. De vrais «gentils», pas exactement des babas cool. Des esthètes, rêveurs, passionnés, qui ont bâti une bien belle bulle. Et ont réussi leur pari : faire d'une décennie de presse dix ans de complicité avec des centaines de milliers d'autres idéalistes, qui n'attendaient que ça.
À tout seigneur tout honneur. C'est Marielle Hucliez, alors rédactrice en chef de La Maison de Marie Claire, qui a l'inspiration de génie, en 1972. Certes, l'idée flottait dans l'imaginaire du groupe Prouvost depuis un certain temps, puisqu'en 1959 déjà, on a trace d'un petit supplément du mensuel Marie Claire, baptisé «100 Idées, le Marie Claire de votre sac». Au sommaire, comment rendre sa table à repasser parfaite, transformer (déjà !) un buffet de bois blanc «très ordinaire» en «amusant placard», se faire un pull-cagoule, rallonger la robe à smocks de la petite dernière, prévenir les gerçures, masser un nouveau-né... Mais tout cela reste purement pratique, conventionnel, et la lectrice visée a tout l'air d'une bonne ménagère, bien dans son temps, ravie de remplir ses tâches domestiques, et de consommer. Rien à voir avec l'esprit révolutionnaire du 700 Idées seventies, centré sur la créativité, l'expression de soi.
Mai 68 était passé par là, rien ne pouvait plus être aussi conforme. «On sortait de chez nos parents petits-bourgeois, se souvient Jean-Pierre Marche, directeur artistique du titre dès ses balbutiements, ancien de La Maison de Marie Claire, lui aussi. Soudain, on pouvait tout peindre en blanc, ou faire des murs de couleur, bouffer au ras du sol... Changer la vie ! Les cheveux poussaient. Le sexe était facile. C'était très excitant de faire un journal qui essaierait de parler de cette nouvelle façon de vivre.»
Ce journal, c'est donc Marielle, «une speedy petite bonne femme qui marchait super vite et commençait les phrases avant d'entrer dans la pièce», qui lui a donné une forme, et une âme. «Le patron, Jean Prouvost, l'adorait, poursuit Jean-Pierre Marche. On a vite construit une maquette, pour lui présenter le projet. C'était très joli et plein d'enfants. Lui adorait les jeunes, il a trouvé ça marrant. Sans aucune étude marketing, juste au feeling, il a décidé de lancer, au rythme de quatre numéros par an, un "cahier de La Maison de Marie Claire" (c'était le sous-titre), une sorte de hors-série baptisé 100 Idées. On a fait ça dans notre coin, un journal qui ne ressemblait à rien de ce qu'on connaissait à l'époque, qui proposait des choses à faire soi-même, en s'amusant. Et comme les ventes étaient plutôt bonnes, au bout d'un an, on est devenu mensuel. On nous a donné des bureaux, un renfort d'équipe...»
(...)

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?