Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Les nuits de Williamsburg

Couverture du livre Les nuits de Williamsburg

Date de saisie : 03/01/2017
Genre : Romans et nouvelles - français
Editeur : Dilettante, Paris, France
Auteur : Frédéric Chouraki

Prix : 17.50 €
ISBN : 9782842638856
GENCOD : 9782842638856 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 14/09/2016

 
 
4ème de couverture

- Pour résumer, disons que tes romans souffrent d'un excès, hum, communautaire. Oh, ne vois pas de ma part dans cette dernière assertion une quelconque homophobie doublée d'un antisémitisme rampant ! Tu sais, comme moi, que mon premier mari était, enfin est, juif, et que le milieu de l'édition pullule d'invertis.
Sommé par son éditrice de se «dépayser», Samuel Goldblum, écrivain précaire en mal d'inspiration, se rend à New York, dans le quartier branché de Williamsburg. Dans cette enclave aseptisée livrée aux mains des hipsters, il trime comme plongeur dans une gargote italienne avant d'être adopté, au bord de la clochardisation, par une famille de juifs hassidiques roumains, les Berkovitz. Séduit par l'érudition du patriarche comme par les appas diaboliques de sa fille nymphomane, Samuel décide d'oublier son ancienne vie de bohème pour devenir un Mensch...

Frédéric Chouraki est né à Paris en 1972. Après avoir été prof en Zep, animateur de réseau pornographique, hôte d'accueil, critique de cinéma et reporter pour une multinationale mafieuse, il partage aujourd'hui son temps entre la synagogue de son quartier du haut Marais et les salles d'art et d'essai de la rue Champollion. Au croisement de la Beat

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

- Encore des juifs, encore des gays ! Je n'en peux plus, Samuel ! Écoute, tu tournes en rond. Et ce n'est pas crédible ! Qui peut imaginer un seul instant que l'on puisse passer ses journées à prier à la synagogue et ses nuits dans des... backrooms ! Tu dois à tes lecteurs un minimum de vraisemblance.
Et pourtant..., fulmina Samuel, exaspéré par la naïveté de son éditrice.
- Qu'est-ce que tu marmonnes encore dans ta barbe ?
- Rien. Écoute, Amélie, je...
- Oh, Samuel, je t'en conjure, ne joue pas la carte du charme mou avec moi ! Comme le disait Saul Bellow, tu as définitivement perdu ta magie.
Philip Roth, idiote !
- Tu disais ?
- Rien, rien...
Cette garce d'éditrice était-elle pourvue de dons médiumniques ? En tout cas, il semblait acculé. Il se retrouvait sans maison d'édition après avoir perdu son toit et sa joie de vivre.
- Tu penses que je t'en veux, que je souffre de judéophobie latente...
- Pourquoi latente ?
- Ne joue pas avec moi ta complainte du juif martyrisé, veux-tu ? Tu es gras comme un pourceau !
- Merci pour la comparaison !
- Par tous les saints d'Israël, épargne-moi ta paranoïa. Je suis à bout. À bout ! ! !
Il entendit «zabou !», «zabou !» et ne put, malgré l'avalanche d'avanies qui lui tombaient sur le blaze, réprimer l'un de ses fameux sourires taquins. La quinquagénaire, survoltée, se dandinait sur son siège en Plexiglas, réajusta sa mèche lourde de laque qui couvrait la moitié de son visage avant de lâcher sa sentence, d'un ton sans appel :
- J'en ai parlé au boss et...
Cette vieille barrique qui roupillait comme une tanche avinée dans son immense bureau avec vue plongeante sur la Seine ?
- Et... ?
- Je sais ce que tu penses et c'est vraiment très, très désagréable. À cause de ton mauvais esprit, tu risques d'alourdir encore ta peine.
Employait-elle ce terme dans le sens de fardeau ou de chagrin ? Alors que le couperet menaçait de trancher sa nuque délicate, Samuel Goldblum se raccrochait à l'étymologie.
- Je suis tout ouïe.
(...)

 
 
Revue de presse

Estelle Lenartowicz - Lire, décembre 2016
Caustique à souhait, Les Nuits de Williamsburg, une comédie très enlevée, donne à rire et à réfléchir...
Racontées avec un sens aigu du loufoque et de l'autodérision, les pérégrinations de ce petit Portnoy français vont bientôt prendre des allures d'improbable et drolatique quête mystique...
Plus sérieux qu'il n'en avait l'air, le roman se teinte alors d'une forme de gravité amère. Et s'achève entre les rires, par une évocation du déclinisme de notre société contemporaine.

Vincent Roy - Le Monde du 6 octobre 2016
Un hilarant roman initiatique, porté par un art de la rocambole ­talmudique.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?