Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Le grand jeu

Couverture du livre Le grand jeu

Date de saisie : 19/10/2016
Genre : Romans et nouvelles - français
Editeur : Rivages, Paris, France
Auteur : Céline Minard

Prix : 18.00 €
ISBN : 978-2-7436-3750-7
GENCOD : 9782743637507 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 17/08/2016

 
 
4ème de couverture

Installée dans un refuge high-tech accroché à une paroi d'un massif montagneux, une femme s'isole de ses semblables pour tenter de répondre à une question simple : comment vivre ?
Outre la solitude, elle s'impose un entraînement physique et spirituel intense, où longues marches, activités de survie, slackline et musique vont de pair avec la rédaction d'un journal de bord.
Saura-t-elle «comment vivre» après s'être mise à l'épreuve de conditions extrêmes, de la nature immuable des temps géologiques, de la brutalité des éléments ? C'est dans l'espoir d'une réponse qu'elle s'est volontairement préparée, qu'elle a tout prévu. Tout, sauf la présence, sur ces montagnes désolées, d'une ermite, surgie de la roche et du vent, qui bouleversera ses plans et changera ses résolutions. Avec son style acéré, Céline Minard nous offre un texte magistral sur les jeux et les enjeux d'une solitude volontaire confrontée à l'épreuve des éléments.

Céline Minard est l'auteur de nombreuses fictions, dont Le Dernier Monde (2007), So long, Luise (2011) et Faillir être flingué (prix Livre Inter 2014). Elle est considérée comme l'une des voix les plus singulières de la littérature française actuelle.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Les cinq hommes sont repartis avant que le soleil ne passe derrière la montagne. Le pilote préfère éviter les vols de nuit et les huit voyages qu'il a effectués aujourd'hui avec ces longues minutes de stationnaire précis ont requis suffisamment de son attention pour qu'il ait envie de se détendre dans la vallée. Les quatre techniciens étaient dans cet état de fatigue euphorique que procure le travail accompli, ils ne pensaient qu'à redescendre, prendre un peu de repos, retrouver leur foyer. De mon côté, je n'aurais pas apprécié outre mesure de devoir leur offrir l'hospitalité et peut-être l'ont-ils senti. Ce qui est sans importance.
J'ai confié au pilote l'ultime paiement (en espèces) qui met un terme à mon projet qui n'en est plus un, puisqu'ils m'ont aidé à le réaliser.
Ils n'auront pas à revenir pour raccorder les panneaux photovoltaïques aux batteries, je le ferai moi-même, pour l'ensemble de la structure et pour le module sanitaire installé quelque dizaine de mètres plus bas.
Quand le bruit de l'hélicoptère a été absorbé par la distance, j'ai senti l'épaisseur de l'air et j'ai pu voir le tube de vie dans lequel je vais désormais m'abriter et passer mes jours, si ce n'est mes journées.
Il est à demi appuyé, à demi suspendu à un éperon granitique. On dirait le fuselage d'un avion posé en équilibre entre le vide et la pierre. Mais je sais qu'il est solidement arrimé à son rail d'acier, lui-même fixé et boulonné sur deux mètres d'épaisseur de roche forée.
C'est mon tonneau. Le tonneau dans lequel je vais vivre, dont la coque est faite d'un assemblage de résine, de fibre de verre et de PVC haute densité. Une porte, trois hublots latéraux et l'oeil-de-boeuf panoramique qui donne sur le vide vers la vallée, sont les cinq ouvertures qui me permettront d'observer et de respirer le monde extérieur quand je serai dedans. Ensevelie sous la neige, inondée de lumière, lessivée par la pluie, asphyxiée de brouillard. Le reste de la structure est tapissé d'un isolant thermoréfléchissant qui me renverra ma propre chaleur. Combinée à celle que développeront dès demain les batteries reliées aux panneaux photovoltaïques, elle suffira à maintenir une température de vingt à vingt et un degrés constants. Selon mes calculs, en admettant que je puisse déneiger quotidiennement un tiers de la surface des panneaux, je pourrais tenir un hiver de six mois à une moyenne de moins quarante degrés. Ce qui est largement au-dessus des normes de la région à cette altitude.
(...)

 
 
Revue de presse

David Caviglioli - L'Obs du 8 septembre 2016
Dans «le Grand Jeu», Céline Minard montre une femme qui veut fuir le monde, mais qui n'y arrive pas...
Un événement l'a poussée à fuir, mais elle n'en dit pas grand-chose. En revanche, on sait ce qu'elle fuit : les autres êtres humains, et le «grand jeu» auquel il faut jouer avec eux...
C'est notre grand problème à tous : nous rêvons d'être libres, mais la seule existence de quelqu'un d'autre fabrique une attente, un devoir, une communauté, et au bout du compte une politique.

Alain Nicolas - L'Humanité du 15 septembre 2016
Expérience scientifique, opération survie, fuite du genre humain  ? Le lecteur, subtilement dérouté par l'auteur, hésite entre aventure et thriller, exploration et philosophie. Avec un penchant pour cette dernière, le «tonneau» renvoyant à Diogène, philosophe du dénuement et du refus du commerce des hommes,..
Céline Minard change d'univers de livre en livre. Mais ce qui reste constant, c'est le talent de faire cohabiter un sens inouï de l'univers matériel et le goût de l'abstraction philosophique, de faire passer la réflexion sur la promesse et la menace par une vire rocheuse ou une haie de bambous. Le Grand Jeu, c'est le lecteur qui le joue, au bord du vide, sens et intellect en mode éveil.

Hubert Artus - Marianne, septembre 2016
Dans l'oeuvre singulière et obsédante que compose Céline Minard, chaque roman est un grand contre-pied où elle joue avec le lecteur, avec ses personnages, avec l'espace et avec elle-même, s'appliquant cette phrase énoncée par son ermite : «Comment pourrait-il accueillir le monde celui qui ne se mise pas lui-même ?» Tout ça est plein d'envergure et de sens.

François Lestavel - Paris-Match, août 2016
Après avoir emprunté les chemins du western - « Faillir être flingué », prix du livre Inter 2014 -, Céline Minard se lance avec humour sur les sentiers de l'« eastern » européen pour une quête évidemment plus cérébrale de la part d'une bobo interrogeant le sens de la vie, qu'elle croit pouvoir percer à travers la faune ou les sinuosités des chemins de montagne...
Il y a du Tintin dans ce récit ludique...

Baptiste Liger - L'Express, août 2016
On ne remerciera jamais assez Céline Minard d'avoir secoué une littérature française souvent ronronnante. Après s'être emparée de la fresque d'anticipation (Le Dernier Monde) et du western (Faillir être flingué), la romancière propose aujourd'hui un étrange journal de survie avec Le Grand Jeu. Et, je l'avoue, elle m'a encore surpris avec l'histoire de cette femme qui s'exile, pour de mystérieuses raisons, dans un abri dernier cri, en pleine montagne...

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?