Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. The girls

Couverture du livre The girls

Date de saisie : 23/01/2017
Genre : Romans et nouvelles - étranger
Editeur : Quai Voltaire, Paris, France
Auteur : Emma Cline
Traducteur : Jean Esch

Prix : 21.00 €
ISBN : 9782710376569
GENCOD : 9782710376569 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 22/08/2016

 
 
4ème de couverture

Nord de la Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Fille unique et mal dans sa peau, elle n'a que Connie, son amie d'enfance. Lorsqu'une dispute les sépare au début de l'été, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté, les tenues débraillées et l'atmosphère d'abandon qui les entoure la fascinent. Elle tombe sous la coupe de Suzanne, l'aînée de cette bande, et se laisse entraîner dans le cercle d'une secte et de son leader charismatique, Russell. Caché dans les collines, leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l'adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s'y faire accepter. Tandis qu'elle passe de moins en moins de temps chez sa mère et que son obsession pour Suzanne va grandissant, Evie ne s'aperçoit pas qu'elle s'approche inéluctablement d'une violence impensable.
Dense et rythmé, le premier roman d'Emma Cline est saisissant de perspicacité psychologique. Raconté par une Evie adulte mais toujours cabossée, il est un portrait remarquable des filles comme des femmes qu'elles deviennent.

Emma Cline est née en Californie, il y a vingt-six ans. Ses nouvelles ont paru aux États-Unis dans Tin House et The Paris Review. Elle est la lauréate du prix Plimpton 2014. The Girls est son premier roman dont les droits ont déjà été achetés par le producteur Scott Rudin ; il paraît aux États-Unis en juin 2016 chez Random House, et sera publié d'ici la fin de l'année dans 34 pays étrangers, de l'Espagne au Japon en passant par la Suède, l'Albanie, le Brésil...

«The Girls est un roman brillant, intense et dévorant -magistral, non pas pour une auteur si jeune, mais pour n'importe quel auteur, de tout temps.»
Richard Ford

«Emma Cline dépasse les mythes, décrivant de manière saisissante comment la noirceur s'immisce dans ce groupe déjeunes idéalistes pour en faire des tueurs de sang froid. Dans son impressionnant premier roman, elle éclaire les vérités les plus sombres du passage à l'âge adulte (...)»
Nanette Donohue, Booklist

«Emma Cline n'a pas son égal pour décrire toute la complexité de l'existence d'une femme, faisant de tout un mythe quelque chose de bien plus intime. (...) Un livre qui brise le coeur et coupe le souffle.»
Lena Dunham

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Ça commence par la Ford qui remonte au ralenti l'allée étroite, le doux bourdonnement du chèvrefeuille qui épaissit l'atmosphère du mois d'août. Les filles assises à l'arrière se tiennent la main, les vitres sont baissées pour laisser entrer le suintement de la nuit. La radio diffuse de la musique jusqu'à ce que le conducteur, nerveux soudain, l'éteigne d'un geste brusque.
Ils escaladent le portail, encore orné de décorations de Noël. Ils rencontrent d'abord le calme muet du cottage du gardien ; celui-ci somnole sur le canapé, ses pieds nus posés côte à côte comme deux miches de pain. Dans la salle de bains, sa petite amie efface les demi-lunes brumeuses de son fard à paupières.
Puis la maison principale, où ils font sursauter la femme en train de lire dans la chambre d'amis. Le verre d'eau qui tremble sur la table de chevet, le coton humide de sa culotte. Son fils de cinq ans allongé près d'elle émet un babil incohérent pour lutter contre le sommeil.
Ils rassemblent tout le monde dans le salon. Ce moment où les personnes effrayées comprennent que la douce routine de leurs vies - le jus d'orange qu'on avale le matin, le virage incliné qu'on prend à vélo - est déjà terminée. Leurs visages changent comme un volet qu'on ouvre, le déverrouillage derrière les yeux.
J'avais si souvent imaginé cette nuit. La route de montagne obscure, la mer sans soleil. Une femme tombée sur la pelouse nocturne. Et bien que les détails se soient estompés avec les années, qu'ils aient changé de peau une première et une deuxième fois, quand j'entendis la serrure s'ouvrir en grinçant aux alentours de minuit, ce fut ma première pensée.
J'attendis que le bruit dévoile son origine. Le gosse d'un voisin qui renverse une poubelle sur le trottoir. Un cerf qui s'agite dans les buissons. Ça ne pouvait être que ça, me dis-je, ce bruit de ferraille lointain, dans l'autre partie de la maison, et j'essayai d'imaginer combien cet espace me paraîtrait inoffensif de nouveau dans la lumière du jour, calme et à l'abri du danger.
Mais le bruit se poursuivit et passa concrètement dans la vraie vie. J'entendais maintenant des rires dans l'autre pièce. Des voix. Le bruissement sous pression du réfrigérateur. Je cherchais des explications, mais ne cessais de me heurter à la pire des hypothèses. Pour finir, c'est ainsi que ça se terminerait. Prise au piège dans une maison qui n'était pas la mienne, parmi les éléments et les habitudes d'une vie qui n'était pas la mienne. Mes jambes nues, constellées de varices : comme je paraîtrais vulnérable quand ils me trouveraient, une femme d'un certain âge qui cherche un abri à tâtons.
Je restai couchée dans le lit, le souffle court, les yeux fixés sur la porte fermée. A attendre les intrus. Les horreurs que j'avais imaginées prenaient forme humaine et envahissaient la chambre ; il n'y aurait pas d'acte de bravoure, je le savais. Uniquement la terreur sourde, la douleur physique qu'il faudrait endurer. Je n'essaierais pas de fuir.

 
 
Revue de presse

François Angelier - Le Monde du 13 octobree 2016
La disciple d'un gourou, double de Charles Manson, cherche la libération et trouve l'aliénation. « The Girls », premier roman de l'Américaine Emma Cline, sonne juste...
Loin d'être un roman sur l'affaire Manson ou un récit criminel, ce vrai roman d'initiation tente avant tout de réfléchir à la nature universelle de l'adolescence, la genèse des genres et l'identité féminine : What's a girl ?

François Lestavel - Paris-Match, septembre 2016
 The Girls » raconte l'histoire d'une jeune Californienne qui succombe à l'attraction d'une secte criminelle. Eblouissant  !...
En digne héritière de Joyce Carol Oates, Emma Cline restitue avec maestria toute la fragilité de l'adolescence. Une période incertaine où l'envie désespérée d'être aimée et de s'affranchir du monde des parents peut aveugler une gamine de 14 ans, d'autant plus influençable que ses aspirations sont pures...
Un constat amer, désenchanté et brutal. C'est peut-être là la véritable malédiction de Charles Manson  : avoir démontré le pouvoir pernicieux de la séduction.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?