Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Où mène le souvenir : ma vie

Couverture du livre Où mène le souvenir : ma vie

Date de saisie : 19/10/2016
Genre : Biographies, mémoires, correspondances...
Editeur : Seuil, Paris, France
Auteur : Saul Friedländer

Prix : 22.00 €
ISBN : 978-2-02-129200-8
GENCOD : 9782021292008 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 22/09/2016

 
 
4ème de couverture

En 1978, dans Quand vient le souvenir, Saul Friedländer se penchait sur son enfance : l'incompréhensible drame qui fait qu'un petit garçon juif, tchèque, enfant unique chéri de ses parents, devient à dix ans catholique, français et orphelin.
Ce livre reprend le récit au moment où le premier s'arrête : en 1948, quand l'auteur âgé de seize ans fugue du lycée Henri-IV où il est pensionnaire pour rejoindre clandestinement le jeune État d'Israël, comme l'ont fait d'autres orphelins de sa génération. Il ne parvient pas à s'y fixer. Très vite s'établit une existence partagée entre trois mondes : l'Europe, les États-Unis et Israël, entre français, anglais et hébreu. À plus de trente ans vient le choix de l'écriture et de l'histoire. Saul Friedländer renoue alors les fils de son passé en se confrontant au nazisme, dont il devient l'un des plus brillants historiens, engagé dans tous les débats de son temps.
Voici le récit d'une vie marquée par la Shoah, dans laquelle la recherche n'a jamais été dissociée de l'engagement. D'une écriture pudique et souvent bouleversante, Saul Friedländer raconte comment, à partir de la perte, se construit une vie d'homme.

Mondialement reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes du nazisme et du génocide des Juifs, Saul Friedländer est notamment l'auteur de Pie XII et le III Reich (Seuil, 1964 et 2010) et du livre-monument L'Allemagne nazie et les Juifs (2 vol., Les Années de persécution et Les Années d'extermination, prix Pulitzer, Seuil, 1997 et 2008). Il a publié la quasi-totalité de son oeuvre aux éditions du Seuil depuis 1964.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Extrait du prologue

Comment dit-on «aubergines» en hébreu ? Des plats d'aubergines, j'en ai mangé des centaines, peut-être des milliers au cours de ma vie, surtout en Israël. Et voici que le mot a disparu. Étrangement, le terme anglais refait surface : eggplant. Mais qu'importe l'anglais ? C'est la recherche du mot hébreu qui me tient éveillé.
Notre dernière nuit à Paris. Quelques jours plus tôt, en octobre 2012, nous avons fêté mon quatre-vingtième anniversaire. Demain, il nous faudra rentrer à Los Angeles. Au dîner, dans un petit restaurant proche de l'hôtel, nous avons mangé une «salade d'aubergines». Et maintenant, à minuit passé, ma quête continue, tâtonnante. Je m'aperçois que ma femme est à moitié éveillée. «Comment appelle-t-on, en hébreu, la salade que nous avons mangée hier soir ?» Dans un demi-sommeil, Orna parvient à murmurer : «Hatzilim. Hatzilim». Bien sûr ! Quel soulagement ! Je peux enfin dormir. Bon sang ! Quel est le mot anglais qui m'était si vite revenu ? Ah oui, eggplant. Sans doute est-ce ce que ressentaient les Hollandais dans leurs polders après avoir pompé l'eau de mer et fait émerger un petit bout de terre supplémentaire : une victoire sur la nature !

*

Commencer un livre de Mémoires par l'histoire d'un trou de mémoire pourrait avoir l'air d'une plaisanterie. Ce n'est pas le cas. C'est une situation réelle dont on peut s'accommoder, comme je vais l'expliquer à la fin de ce prologue.
Il y a trente-huit ans, j'ai publié Quand vient le souvenir, des Mémoires sur mon enfance et ma jeunesse centrés sur mes premières années à Prague, la période de la guerre en France, mon adolescence à Paris et mon départ pour Israël, en juin 1948. S'y ajoutaient quelques échappées sur les années suivantes, jusqu'en 1977.
Dans les pages qui suivent, je reviens sur des événements que j'avais à peine, voire jamais, évoqués et qui ont eu lieu entre mon retour à Paris en 1953 comme étudiant et l'année 1977, juste avant la publication de mes premiers Mémoires. Le récit se poursuit jusqu'à nos jours (2015). Comme le texte mentionne souvent mes réactions face à l'actualité, parfois mon engagement public, j'ai choisi, par souci de clarté, de suivre un fil pour l'essentiel chronologique. Les principaux faisceaux d'événements que je retrace se sont enchaînés les uns aux autres ; le texte rend compte d'une évolution telle qu'elle s'est réellement déroulée.
Viennent d'abord les années d'apprentissage, au cours desquelles j'ai erré d'un lieu à l'autre, de pays en pays, à la recherche d'une identité et d'une «vocation». La deuxième partie a trait à Israël, de 1967 environ - quand j'ai commencé à enseigner à Jérusalem - jusqu'au début des années 1980 pour l'essentiel. Puis vient l'Allemagne, depuis des épisodes de ma jeunesse jusqu'au présent, mais surtout telle que je l'ai connue pendant la décennie 1980. La quatrième partie porte sur mon existence aux États-Unis.
Nulle vie ne s'écoule en respectant de si nettes divisions ; les questions qui dominent une période peuvent rester présentes dans toutes celles qui suivent. Dans ces Mémoires, les principales s'entrecroisent tout au long du récit - de manière moins sensible, sans doute, pour ce qui concerne mon expérience américaine. Au fond, ces divisions reflètent le poids momentané d'une préoccupation qui l'emportait pour un temps et qui, bien souvent, se trouve décrite dans le contexte des petits incidents de la vie quotidienne.

 
 
Revue de presse

François Reynaert - L'Obs du 13 octobre 2016
Il y a près de quarante ans, dans «Quand vient le souvenir...», il avait raconté l'histoire bouleversante de son enfance, celle d'un petit garçon juif, métamorphosé en catholique dévot dans le collège privé où on l'avait caché, tandis que ses parents, arrêtés à la frontière suisse par la police française, étaient envoyés dans les camps de la mort. Quatre décennies plus tard, Saul Friedländer reprend le fil de sa vie là où il l'avait laissé et le déroule dans «Où mène le souvenir», un nouveau livre, aussi émouvant et passionnant que le précédent.

François-Guillaume Lorrain - Le Point, septembre 2016
Le testament de Saul Friedländer : "La Shoah est mon seul chez-moi". Critique virulent de la politique israélienne, l'immense historien de la Shoah boucle le récit d'une vie entre manoeuvres politiques et recherche.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?