Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Le chardon et le bleuet : une Ecossaise dans la France occupée

Couverture du livre Le chardon et le bleuet : une Ecossaise dans la France occupée

Date de saisie : 29/06/2017
Genre : Histoire
Editeur : Rouergue, Arles, France
Auteur : Janet Teissier du Cros
Traducteur : Florence Causeur | Claude Chastagner | Jean Vaché

Prix : 23.80 €
ISBN : 9782812612077
GENCOD : 9782812612077 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 08/02/2017

 
 
4ème de couverture

Ces mémoires, écrits à la première personne, couvrent la période 1939-1945 et se situent dans le village cévenol de Valleraugue, où l'auteure, Janet Grierson, une jeune femme issue d'une vieille famille écossaise et mariée à un Français, François Teissier du Cros, mais que rien ne préparait à partager la vie d'une petite communauté rurale, a choisi de se mettre à l'abri avec ses enfants.
Dans ce récit du quotidien, elle décline du plus intime au plus large le thème de l'appartenance et de la déchirure, du partage affectif et moral auquel elle se trouve confrontée par sa position (étrangère ayant adopté la France), dans un pays par ailleurs coupé en deux, face au jeu des divisions et des alliances subies ou assumées, tantôt avec une force et une conviction absolues, tantôt dans le doute et le découragement.
Mais cette chronique où tout fait événement - de la quête de nourriture à l'annonce de l'armistice - ne suffirait pas à faire de cet ouvrage un texte d'exception si l'intelligence et les dons d'observation de l'auteure n'éclairaient avec tant de perspicacité les motivations de chacun. L'écriture, fine et élégante, sait restituer l'émotion des moments les plus forts tout en laissant s'exprimer l'humour, l'insolence et le rire d'une jeune femme profondément éprise de la vie.
Une autre qualité de ce livre est d'apporter un témoignage rare sur la communauté de réfugiés (russes, belges, anglais) mais aussi d'intellectuels (Germaine Dieterlen et les Lévi-Strauss sont ses proches voisins et amis) présents à Valleraugue durant cette période noire. Tout ce monde compose un milieu cosmopolite qui, loin de se tenir à l'écart, se mêle à la population locale dont il dépend aussi.
Paru en Angleterre en 1962, l'ouvrage, plusieurs fois réimprimé, a contribué à faire découvrir les Cévennes à nombre de Britanniques et plus tard d'Américains. Il est traduit pour la première fois en français.

Janet Teissier du Cros (1905-1990) a grandi dans une famille d'universitaires à Aberdeen puis Édimbourg. Pianiste talentueuse, élève de Donald Tovey, ses études musicales la conduisent dans les années 1920 à Vienne où elle fréquente le salon de Clara Wittgenstein. Après son mariage avec François Teissier du Cros en 1930, le couple se partage entre la France et la Grande-Bretagne. Mais c'est en France que, séparée de son mari mobilisé puis fait prisonnier, elle va passer les années de guerre, pour la plus grande part dans les Cévennes, région d'origine de son époux.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Extrait de l'avant-propos

Le récit de Janet Teissier du Cros, écrit à la première personne, couvre la période 1940-1944 et se situe dans le village cévenol de Valleraugue, dans cette zone libre de la France occupée où l'auteure, qui est aussi la narratrice, une jeune femme issue d'une vieille famille écossaise se destinant à une carrière musicale et que rien ne préparait à partager la vie d'une petite communauté rurale, a choisi de se mettre à l'abri avec ses enfants. Mariée à un Français mobilisé appartenant à l'une des grandes familles protestantes du lieu (les Teissier du Cros) dont la guerre l'a séparé et qu'elle ne retrouvera pleinement qu'à la Libération, elle décrit au jour le jour sa vie et celle de ceux qui l'entourent dans cette petite commune dont elle partage désormais le quotidien.
L'ouvrage, ainsi que l'indique son titre original, Divided Loyalties («Conflit de Loyautés»), décline du plus intime au plus large le thème de l'appartenance et de la déchirure, du partage affectif et moral auquel la jeune femme se trouve confrontée par sa position (étrangère ayant adopté la France), dans un pays par ailleurs coupé en deux, face au jeu des divisions et des alliances subies ou assumées parfois avec une force et une conviction absolues, d'autres fois dans le doute et le découragement... Dans l'espace étroit du village, si les clivages sociaux s'estompent du fait des contraintes de la vie quotidienne, les appartenances sont visibles : chacun de manière plus ou moins affirmée a choisi son camp, et tous le savent. Pourtant comme le montre avec une très grande acuité l'auteure dans ce microcosme qu'elle observe et décrit au plus près, entre les positions tranchées se dessinent des affiliations moins claires et souvent fluctuantes. De même qu'en dépit des clivages et des hostilités internes, face à des menaces ou des dangers venus de l'extérieur, se reconstitue le tissu social local et se recomposent les anciennes solidarités villageoises.
Ce premier aspect de l'ouvrage à lui seul suffirait à justifier sa traduction. En effet, si aujourd'hui les documents (mémoires et travaux d'historiens) relatifs à cette période ne manquent pas, une fine chronique au jour le jour comme celle-ci apporte une vision renouvelée de la manière dont, dans un petit espace d'interconnaissance comme le village, s'inscrivent avec plus de subtilité encore et de complexité les mouvements qui se déploient d'une manière plus ample dans la France d'alors... À ce titre le livre s'apparente à ce que les historiens italiens ont nommé «microstoria» avec toutes les nuances et la profondeur de vue que l'on peut attendre d'une telle approche.
Mais cette chronique au jour le jour où tout fait événement - de la quête de nourriture à l'annonce de l'armistice - ne suffirait pas à faire de cet ouvrage un texte d'exception si d'une part l'intelligence et les dons d'observation de l'auteure n'éclairaient les motivations de chacun de façon aussi perspicace, si l'écriture n'en était aussi fine et élégante avec une capacité qui ne se dément jamais à restituer l'émotion des moments les plus forts tout en portant sur eux un regard légèrement distancié (l'humour, l'insolence, le rire sont aussi pour la jeune femme une ressource face à la gravité ou au cocasse de certaines situations). Ce trait que le style rend bien tient à la fois au caractère vif de Janet, à son sens de la repartie et à la position qu'elle occupe, immergée durablement dans l'espace d'un village où jusqu'alors elle ne résidait que pour de plus courtes périodes.

 
 
Revue de presse

Julie Clarini - Le Monde du 29 juin 2017
«Nous formions une véritable pépinière d'ethnologie», note, amusée, celle qui se révèle, de page en page, un témoin fort perspicace des émois individuels et collectifs de l'époque.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?