Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. L'homme et son cerveau : neurosciences et psychanalyse

Couverture du livre L'homme et son cerveau : neurosciences et psychanalyse

Date de saisie : 19/04/2017
Genre : Médecine, Santé
Editeur : Odile Jacob, Paris, France
Auteur : Catherine Morin

Prix : 23.90 €
ISBN : 9782738135322
GENCOD : 9782738135322 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 22/02/2017

 
 
4ème de couverture

Les connaissances scientifiques sur le cerveau ne cessent de progresser. Ces progrès remettent-ils en question la place des psychanalystes dans la prise en charge des maladies mentales ou neurologiques chroniques ? Quelles conséquences pour la pratique des uns et des autres ?

Ces questions se posent à ceux qui veulent travailler ensemble pour mieux traiter les troubles psychiques, les maladies neurologiques et mentales, et être à l'écoute de leurs patients. Comment penser les rapports entre psychanalyse, neurologie et neurosciences pour mieux soigner ?

C'est tout l'enjeu de ce livre qui précise les points de vue et les méthodes des neuroscientifiques, des neurologues et des psychanalystes.

Pour un dialogue entre neurosciences et psychanalyse au bénéfice du patient.

Catherine Morin est neurologue et a travaillé de 1977 à 2010 comme chargée de recherches à l'Inserm dans le service de médecine physique et réadaptation de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Elle est membre de l'Association lacanienne internationale et de l'International Society of Neuropsychoanalysis.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Extrait de l'introduction

Le cerveau, la vie psychique et la subjectivité

«C'est pas moi, c'est mon cerveau qui l'a fait», répond à sa mère un garçon de 6 ans, réprimandé parce qu'il a jeté son jouet à travers la pièce. Voici une déclaration qui nous place au coeur du problème abordé dans cet ouvrage : quels sont les rapports entre cerveau et psychisme, entre cerveau et subjectivité ?
Qu'entend-on ici par subjectivité ? Ce mot renvoie à la notion de sujet dans son acception psychanalytique, que l'exemple ci-dessus permet d'illustrer. Il est physiologiquement exact que l'état de développement du cerveau d'un enfant de 6 ans ne lui permet pas de contrôler ses impulsions de la même façon qu'un adulte. Cependant, il ne vient pas à l'idée de l'adulte de se demander quel est le rôle de l'immaturité cérébrale dans l'impulsivité de son enfant. Il ne le considère pas comme un organisme capable de performances mais comme un individu qui doit entrer dans un monde humain, en renonçant à donner libre cours à son agressivité. L'adulte incarne ainsi pour l'enfant un lieu différent, un lieu Autre, comme le disent les psychanalystes, où les conduites de l'enfant prennent sens. Cet enfant est un sujet, un être assujetti, comme l'adulte auquel il s'oppose, aux lois du langage, ce que sait très bien ce jeune garçon, qui différencie «mon cerveau» et «moi». Ce n'est pas dans son cerveau que prend sa source la constellation de règles et de qualifications qui définissent sa place dans l'humanité et qui lui permettent de dire «moi». Ces règles ne sont en rien naturelles, elles sont mises en mots et organisées par les systèmes symboliques qui régissent famille et société. C'est en ce sens que les psychanalystes parlent de sujet et non d'individu, de personne ou de personnalité. C'est à cette définition du sujet que renvoie le terme de subjectivité, et non pas au fait que chacun a, de ce qu'il observe et ressent, une interprétation qui lui serait particulière, subjective par opposition à ce que serait une perception objective. La psychanalyse n'est nullement la seule discipline à raisonner de la sorte. La sociologie, ou l'anthropologie, par exemple, analysent les effets de l'assujettissement au langage dans différentes sociétés ou cultures. La spécificité de la psychanalyse est de s'intéresser aux effets «normalement pathogènes» de cet assujettissement sur des individus singuliers. Cette pratique apporte ainsi des connaissances générales concernant la vie psychique normale.
Ici il est nécessaire de préciser ce qu'on entend par vie psychique. En effet, vie mentale, vie psychique, vie de l'esprit sont généralement considérés comme synonymes. Pourtant, on sent bien qu'il y a différentes sortes de «vies de l'esprit». Descartes (1956) indique ainsi dans la quatrième de ses Méditations métaphysiques que ses réflexions sur la pensée et l'imagination, la vérité et l'erreur se maintiennent à l'écart de certaines questions :
«Cependant il est à remarquer que je ne traite nullement en ce lieu-là du péché, c'est-à-dire de l'erreur qui se commet dans la poursuite du bien et du mal, mais seulement de celle qui arrive dans le jugement et le discernement du vrai et du faux ; et que je n'entends point y parler des choses qui appartiennent à la foi, ou à la conduite de la vie, mais seulement de celles qui regardent les vérités spéculatives et connues par l'aide de la seule lumière naturelle.»

 
 
Courrier des auteurs (en partenariat avec Fnac.com et lechoixdeslibraires.com)


1) Qui êtes-vous ? !
Catherine Morin, chargé de Recherches INSERM de 1977 à 2010, j'ai travaillé sur l'image de soi après AVC d'un double point de vue neurologique et psychanalytique.

2) Quel est le thème central de ce livre ?
Les rapports entre le fonctionnement cérébral et la vie mentale et psychique.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ?
Psychanalyse et neurosciences n'ont pas le même objet.

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?
Dissonante

5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?
La réhabilitation de l'esprit scientifique.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?