Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Mac et son contretemps

Couverture du livre Mac et son contretemps

Date de saisie : 29/06/2017
Genre : Romans et nouvelles - étranger
Editeur : Bourgois, Paris, France
Auteur : Enrique Vila-Matas
Traducteur : André Gabastou

Prix : 24.00 €
ISBN : 9782267029963
GENCOD : 9782267029963 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 16/03/2017

 
 
4ème de couverture

Mac vient de perdre son travail et se promène tous les jours dans El Coyote, le quartier de Barcelone où il habite.
Il est obsédé par son voisin, un célèbre écrivain. Il se vexe chaque fois que celui-ci l'ignore.
Un jour, Mac l'entend parler de sa première oeuvre, Walter et son contretemps, avec une libraire, un livre de jeunesse plein de passages incongrus, dont il se souvient vaguement. Il décide alors de modifier et améliorer ce premier récit que son voisin préférerait laisser dans l'oubli.
Enrique Vila-Matas examine en profondeur la création littéraire sans renoncer à apporter au lecteur des moments de divertissement.

«Vila-Matas revient avec Mac et son contretemps. Attention, ses livres ne sont jamais innocents.»
El Mundo

Enrique Vila-Matas est né à Barcelone en 1948. À dix-huit ans, il est embauché comme rédacteur dans une revue de cinéma, Fotogramas, pour laquelle il réalise parfois de fausses interviews. De 1974 à 1976 il vit à Paris et loue une chambre de bonne à Marguerite Duras. Il raconte ses aventures parisiennes trente ans plus tard dans Paris ne finit jamais (2004). De retour dans sa ville natale en 1976, Enrique Vila-Matas se consacre à l'écriture ; il est également chroniqueur pour divers journaux catalans. Il a reçu le prestigieux prix Herralde de Novela en 2002 et le prix Médicis étranger 2003 pour Le Mal de Montano.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Les livres posthumes, genre si en vogue ces derniers temps, me fascinent et j'envisage d'en falsifier un qui pourrait passer pour posthume et inachevé alors qu'il serait en fait terminé. Si je meurs pendant que je l'écris, il deviendra à coup sûr un livre réellement ultime et interrompu, réduisant à néant, entre autres, mes espoirs de falsifier. Mais un débutant doit être prêt à tout accepter et moi, je n'en suis à vrai dire qu'un. Mon nom est Mac. Peut-être parce que je débute, le mieux sera d'être prudent, d'attendre un temps avant de relever tout défi aux dimensions d'un faux livre posthume. Étant donné ma condition de débutant dans l'écriture, ma priorité ne sera pas de construire tout de suite ce livre ultime ou bien d'ourdir n'importe quelle autre sorte de falsification, mais simplement d'écrire tous les jours pour voir ce qui se passe. C'est ainsi qu'arrivera peut-être un moment où, me sentant déjà plus prêt, je déciderai de me lancer dans ce livre faussement interrompu par la mort, la disparition ou le suicide. Pour le moment, je me contente d'écrire ce journal que je commence aujourd'hui, complètement atterré, sans même oser me regarder dans la glace, de crainte de voir ma tête s'enfoncer dans le col de ma chemise.
Comme je l'ai dit, mon nom est Mac. J'habite ici, dans le quartier du Coyote. Je suis assis dans ma chambre où il me semble avoir toujours été. J'écoute de la musique de Kate Bush, puis ce sera au tour de Bowie. Dehors, l'été s'annonce terrible, Barcelone se prépare à affronter une forte hausse des températures, comme l'annoncent les météorologues.
On m'appelle Mac à cause d'une célèbre scène de My Darling Clementine de John Ford. Mes parents ont vu le film peu avant ma naissance, ils ont beaucoup aimé le moment où le shérif Wyatt demande au vieux gérant du saloon :
- Mac, tu n'as jamais été amoureux ?
- Non, j'ai été serveur toute ma vie.
La réponse du vieux les avait enchantés et, depuis un jour d'avril de la fin des années 1940, je suis Mac.
Mac par-ci, Mac par-là. Toujours Mac, pour tout le monde. Ces derniers temps, on m'a plus d'une fois confondu avec un Macintosh, l'ordinateur. J'étais chaque fois aux anges, peut-être parce que je pense qu'il vaut mieux être connu comme Mac que par mon véritable prénom, tout compte fait horrible - une exigence tyrannique de mon grand-père paternel -, et je refuse toujours de le prononcer, encore plus de l'écrire.
Tout ce que je dirai dans ce journal, ce sera pour moi-même car personne n'aura à le lire. Je me retire dans cet espace privé où, entre autres, je cherche à vérifier si, comme disait Nathalie Sarraute, écrire, c'est essayer de savoir ce qu'on écrirait si on écrivait. C'est un journal secret d'initiation dont on ne sait même pas s'il montre qu'il a déjà été commencé. Mais je crois que oui, que j'émets déjà des signes que j'ai commencé, à plus de soixante ans, à ouvrir une voie. Je crois que j'ai trop attendu l'arrivée de ce moment pour tout gâcher maintenant. L'instant arrive, si ce n'est déjà fait.
- Mac, Mac, Mac.
Qui parle ?
(...)

 
 
Revue de presse

Florence Noiville - Le Monde du 29 juin 2017
Les pages de Vila-Matas fourmillent de clins d'oeil à l'histoire de l'art, au cinéma, mais aussi, de plus en plus, à l'enfance de l'auteur, à sa famille, à ses souvenirs. Si Mac fait du Sanchez, Vila-Matas, lui, fait et refait du Vila-Matas, reprenant ses thèmes, les modifiant, les réinterprétant, tissant de livre en livre une oeuvre toujours plus insolite et prenante.

Nathalie Crom - Télérama du 29 mars 2017
Un entrepreneur en faillite décide de réécrire le roman d'un rival. S'y mêle une interrogation mélancolique sur le processus de création littéraire...
Qu'ils s'offrent à lire comme des romans ou comme des récits, toujours les livres insolites et brillants d'Enrique Vila-Matas jouent à entremêler le réel et la fiction, la narration et la ­réflexion sur l'écriture. «Je suis fait de tous les autres écrivains, en conver­sation avec eux» (1,) dit ce lecteur insatiable, virtuose de la métafiction, dont les ouvrages sont truffés d'allusions et de citations, affichées ou dissimulées, fidèles ou pastichées...
Au coeur de l'espiègle et fantasque Mac et son contretemps, de la méditation de son personnage sur la répétition, «la reprise et le ressouvenir» (Kierkegaard), il est ainsi une mélancolie secrète et très proustienne, qui ne se révèle pleinement qu'aux ultimes pages - au terme de l'odyssée de Mac, où la littérature est mise au défi de conjurer le temps qui passe, de dire «la vie pure gardée à l'état pur».

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?