Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Atlas de l'Empire romain : construction et apogée : 300 av. J.-C.- 200 apr. J.-C.

Couverture du livre Atlas de l'Empire romain : construction et apogée : 300 av. J.-C.- 200 apr. J.-C.

Date de saisie : 24/03/2017
Genre : Histoire
Editeur : Autrement, Paris, France
Auteur : Christophe Badel
Illustrateur : cartes de Claire Levasseur

Prix : 24.00 €
ISBN : 9782746745346
GENCOD : 9782746745346 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 16/03/2017

 
 
4ème de couverture

«Par quels moyens les Romains ont-ils pu se rendre maîtres de presque tout le monde habité ?» Polybe

Plus de 100 cartes, plans et schémas pour comprendre les origines et les implications de l'impérialisme romain.

° Par quels moyens politiques, économiques et culturels les Romains sont-ils parvenus à étendre leur territoire sur les pourtours de la Méditerranée et au-delà ?
° Comment les Romains ont-ils construit et administré cet empire, d'Alexandrie jusqu'à l'Angleterre actuelle ?
° En quoi les conquêtes ont-elles porté en germe la destruction de la République ?

Dans cette nouvelle édition, l'auteur valorise les apports les plus récents de l'historiographie et interroge la notion d'empire pour présenter une histoire totalement renouvelée. Il invite à s'interroger sur les formes et les rythmes de la construction impériale romaine : les conquêtes puis la paix romaine, le système provincial, le développement des communications et de l'économie, la romanisation.

Christophe Badel est professeur d'histoire romaine à l'université Rennes II. Vice-président du jury du CAPES d'histoire-géographie de 2006 à 2012, il est également l'auteur de La Noblesse de l'Empire romain. Les Masques et la vertu (Champ Vallon, 2005), Lire l'Antiquité (La Documentation française, 2009) et, avec Christian Settipani, Les Stratégies familiales dans l'Antiquité tardive (De Boccard, 2012).

Claire Levasseur a conçu et réalisé les cartes de cet atlas.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Introduction

Le père des empires d'Occident

Lorsqu'ils lancèrent l'invasion de l'Irak, les idéologues néoconservateurs de l'entourage de G. W. bush avaient un modèle en tête : l'empire romain. Et lorsque le philosophe italien Toni Negri, ancien penseur des brigades rouges, rédigea un essai (L'Empire, 10/18, 2004) sur les formes de domination impériale actuelles - dont l'empire américain - il pensait aussi à l'empire romain. C'est dire si les mutations géopolitiques récentes, liées à la mondialisation, ont redonné toute son actualité au modèle ancestral de l'empire, et spécialement de l'empire romain. L'originalité de la forme impériale ne se comprend pleinement que par comparaison avec l'état-nation, dont le XXe siècle semblait avoir assuré la victoire totale. on peut définir l'empire comme un état de large étendue rassemblant des peuples divers gérés de manière différenciée et hiérarchisée, à l'exact opposé de l'état-nation, fondé sur l'idée d'un peuple unique, habitant le même territoire et formant une même communauté politique. Or, en ce début du XXIe siècle, les empires font un retour en force sur la scène de l'histoire et du même coup dans la réflexion politique et historique.

DANS LEUR RÉCENTE SYNTHÈSE SUR L'HISTOIRE DES EMPIRES, J. Burbank et F. Cooper (Empires in Global History, Princeton University Press, 2010) ouvrent leur récit par la présentation de l'empire romain en occident et de l'empire chinois des han en orient. Ils confèrent donc un rôle fondateur à l'empire romain, qui serait à l'origine de toutes les constructions impériales de l'occident (mais aussi de l'islam) jusqu'à la période actuelle. Cet atlas s'intègre dans cette histoire des empires en plein renouvellement. Il ne prétend pas être un atlas de plus sur Rome ni donner un panorama d'ensemble de la civilisation romaine. En revanche, il désire réfléchir sur la construction impériale romaine : sa formation, sa gestion et ses processus d'intégration et d'acculturation que l'on a coutume de nommer romanisation. Une telle démarche en explique le plan largement thématique à l'exception de la première partie de structure chronologique, consacrée aux grandes phases de son essor.
Parmi les empires antiques, l'empire romain présente la particularité notable d'avoir été forgé par une cité «républicaine» et non par un pouvoir monarchique. De fait, on peut considérer que Rome accéda au statut d'empire, au sens territorial du terme, grâce à ses victoires sur Carthage lors des guerres puniques au cours du IIIe siècle av. J.-C. à cette époque, elle se présentait comme une cité au régime aristocratique, ce qui constituait a priori un handicap en la matière. En effet, corsetées dans une conception étroite de la citoyenneté, les cités antiques avaient beaucoup de mal à construire de vastes dominations territoriales durables. La république romaine a su franchir cette limite, même si par la suite l'existence de l'empire se révéla une cause majeure de la crise puis de la disparition du régime. C'est alors qu'auguste (27 av. J.-C.-14 apr. J.-C.) construisit un nouveau régime monarchique et que l'empire, au sens politique du terme, recouvrit l'empire, au sens territorial. Le lecteur se rendra vite compte que le règne d'auguste constitue le pivot central de l'histoire de la construction impériale romaine.

OUTRE UNE NOUVELLE SÉRIE DE CONQUÊTES, la fondation de l'empire entraîna en effet de nouveaux modes de gestion et inaugura un processus d'intégration qui devait, à terme, transformer la nature même de l'ensemble impérial. Avec Auguste, l'administration de l'empire acquit un caractère plus systématique et plus cohérent.
La tradition historique considère que l'empire romain connut son siècle d'or sous la dynastie des antonins (96-192 apr. J.-C). Cet atlas s'arrête donc à la mort de son dernier prince, commode. Il clôt la réflexion à l'apogée de la paix romaine, raison de ce choix, mais l'intégration impériale était encore loin d'être achevée. Le questionnement sur les crises ultérieures de l'empire, longtemps considérées comme une «décadence», est quant à lui abordé par l'Atlas lie Rome et des Barbares d'Hervé Inglebert (autrement, 2009).

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?