Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Ce nouveau-né qui est en nous : ses perceptions, ses actions, ses intuitions

Couverture du livre Ce nouveau-né qui est en nous : ses perceptions, ses actions, ses intuitions

Date de saisie : 19/04/2017
Genre : Psychologie, Psychanalyse
Editeur : Hermann, Paris, France
Auteur : Arlette Streri

Prix : 22.00 €
ISBN : 9782705693770
GENCOD : 9782705693770 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 22/03/2017

 
 
4ème de couverture

À la naissance, le bien-être physique de l'enfant constitue la préoccupation première des parents; sa perception et sa compréhension de l'environnement sont déconsidérées. Après plus de soixante ans de recherches sur les compétences du nouveau-né âgé de quelques heures, certains préjugés demeurent malgré les études qui attestent la continuité transnatale entre la période foetale sensorielle et motrice et les performances à la naissance. Néanmoins, le nouveau-né ne découvre et partage notre monde que grâce à la vision, qui entre en jeu au début de la vie postnatale. Son environnement devient alors complexe car constitué de stimulations diverses (auditives, tactiles, visuelles...).
Comment le nouveau-né intègre-t-il ces informations ? De quels moyens dispose-t-il pour commencer sa nouvelle vie ? Cet ouvrage expose les diverses façons dont on l'a observé scientifiquement et les résultats des études.

Professeur de psychologie du développement de l'enfant depuis 1993, Arlette Streri est membre honoraire de l'Institut universitaire de France et émérite de l'université Paris Descartes. Spécialiste de la perception et de la cognition du nouveau-né, elle poursuit ses recherches dans le cadre du laboratoire Psychologie de la perception (CNRS).

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Extrait de l'introduction

Cet ouvrage a pour objectif de combattre les préjugés encore tenaces sur les compétences du nouveau-né humain. Certes, l'époque n'est plus, comme à la moitié du siècle dernier, à affirmer à l'instar de l'éminence scientifique et médicale que le nouveau-né ne voit pas, n'entend pas, ne ressent pas la douleur ou n'a aucune perception. Des progrès considérables ont été réalisés. Curieusement, à l'opposé de ces affirmations scientifiques anciennes, certaines mamans ont toujours eu l'intuition que leur nouveau-né, pleurant, était gêné par sa couche sale (douleur, somesthésie), qu'il ne fallait pas faire de bruit car «bébé dort» (audition), et que leur bébé les voyait. Mais sur ce point, cela devenait conflictuel !
Le début des études sur les compétences des nouveau-nés remonte à au moins soixante-cinq ans. Le développement des recherches dans ce domaine a été considérable grâce aux innovations dans les méthodes comportementales et neuroscientifiques. Malgré ces décennies de recherche, le résultat de ces études demeure encore peu connu. Les diffusions malencontreuses et souvent contradictoires sur les sites internet ou dans les médias donnent toujours une image des nouveau-nés sinon inexacte du moins approximative. D'abord «on» a proclamé qu'il était aveugle comme les chatons, puis «on» a admis qu'il voyait. Mais s'il voit, c'est en noir et blanc, et surtout très flou : pas au-delà d'une certaine distance, ce n'est pas possible ! Où doit-on mettre la frontière ? Il ne sourit pas avant deux mois ! Sauf peut-être à sa mère ? Ces nombreuses affirmations ne correspondent pas aux résultats obtenus dans les études scientifiques réalisées, contrôlées avec soin et répliquées de nombreuses fois. L'idée qu'un nouveau-né voit des formes, des visages, des couleurs reste confinée à un milieu encore trop restreint de spécialistes. Quant à l'hypothèse qu'il a un cerveau dont il se servirait pour comprendre les événements de son environnement relève de la pure spéculation ! Et pourtant... La conséquence est surtout importante au niveau sociétal. Ignorer que le nouveau-né voit, qu'il a un cerveau humain et non reptilien pour comprendre son environnement, c'est non seulement ignorer le début de notre vie postnatale mais aussi refuser de le considérer déjà comme un être humain à part entière.
Il y a plusieurs manières d'observer un nouveau-né selon la profession que l'on exerce ou le statut que l'on a. Dans le milieu médical, le nouveau-né reçoit des regards cliniques aussi différents que celui de l'échographe, du gynécologue accoucheur, de la sage-femme et du pédiatre. Le regard des parents, à la fois soucieux, heureux et affectueux, présente une autre approche de sa progéniture, souvent ignorante du petit être qui vient de naître. En tant que psychologue cognitiviste, ma fascination pour les nouveau-nés vient des centaines d'observations que j'ai réalisées et réalise encore dans les maternités parisiennes depuis plus de quinze ans.
Des observations ? Pas tout à fait, car si l'on interroge le nouveau-né sur ses perceptions ou sa compréhension de l'environnement, le chercheur ne peut se limiter à un regard, même très attentif, pour saisir et comprendre les réactions du jeune et naïf spectateur. De quoi s'agit-il alors ? D'expériences simples ou de situations, identiques pour un ensemble de nouveau-nés, contrôlées et adaptées à leur équipement sensoriel et moteur. Ces situations sont des questions dont le chercheur attend des réponses sinon identiques pour tous nos jeunes participants du moins approximativement similaires. En effet, si la réponse à la question est à peu près la même pour la majorité des nouveau-nés, en dépit de leurs diversités sociales, ethniques, physiques, etc., alors il est possible de conclure à une performance commune pour tous les nourrissons placés dans la même situation. Les questions posées à l'adulte sont des références précieuses pour interpréter les résultats trouvés chez le nouveau-né. Des statistiques appropriées pour ces recherches valident ou non nos hypothèses et justifient nos conclusions. Ces questions sont évidemment simples, comme par exemple : «Vois-tu la différence entre ces deux formes ou ces deux visages ? Comment comprends-tu cet événement ? Te paraît-il conforme à tes attentes ?» etc.
(...)

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?