Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. La bataille politique de l'enfant

Couverture du livre La bataille politique de l'enfant

Date de saisie : 19/06/2017
Genre : Psychologie, Psychanalyse
Editeur : Erès, Toulouse, France
Auteur : Marie-Jean Sauret

Prix : 23.00 €
ISBN : 9782749254685
GENCOD : 9782749254685 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 13/04/2017

 
 
4ème de couverture

Comment l'enfant (et l'adolescent) devient-il un sujet, acteur de sa vie, pour habiter le lien social avec ses contemporains ? Comment le néolibéralisme, de mutation en mutation, affecte-t-il les conditions requises pour ce processus anthropologique ?
À partir de l'évolution des symptômes de l'enfant, de sa place dans la société, de l'accueil qui lui est réservé, l'auteur, en tant que praticien de la psychanalyse, chercheur, enseignant et militant (politique, syndical, associatif), s'interroge sur la logique qui préside à ces mutations et qui produit des mauvais traitements à l'égard de l'enfance. Il explore les solutions que les sujets formatés par l'idéologie de l'époque trouvent pour se loger dans le monde. Il en vient ainsi à dessiner quelques perspectives cliniques nouvelles. Dans cette réflexion, la psychanalyse constitue à la fois un appareil de lecture et un «poumon artificiel», et le désir de l'analyste, une chance pour la singularité de chaque analysant. L'éthique de la psychanalyse, parce qu'elle est au service de cette singularité, appelle à livrer la bataille politique pour l'enfant.

Marie-Jean Sauret est psychanalyste (le Pari de Lacan), professeur émérite de l'université Jean-Jaurès (Toulouse) et chercheur au pôle de Clinique psychanalytique du sujet et du lien social (LCPI).

Avec la participation de Sidi Askofaré, Laurent Combres, Pascale Macary-Garipuy, Patricia Rossi, Claudia Zapata, Lui Zapat-Reinert.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Extrait de l'introduction

Cet ouvrage se fonde sur le constat d'un chamboulement souvent dramatique dans le champ dévolu à l'enfance. Qu'on en juge au vu des pratiques actuelles et des trafics autour de la conception de l'enfant (commerce d'ovules, de sperme, de foetus, aide à la procréation avec ou sans donneur, mères porteuses, ectogenèse, etc.) ; des nouvelles formes familiales - monoparentale, pluriparentale, homosexuelle, transgenre, etc. ; du recours à l'adoption et aux organisations maffieuses qui parfois l'exploitent, au commerce des organes prélevés sur les morts comme sur les vivants ; des dossiers de la pédophilie, de l'inceste, de la violence faite aux enfants comme de celle dont ils sont les auteurs ; des pathologies spécifiques - depuis l'autisme profond, les addictions diverses (toxicomanies, alcoolisme précoce, psychotropes, etc.), conduites à risques, «dys» (dysfonctionnements, dysorthographies, dyscalculies, etc.), troubles envahissants du développement et de l'attention, hyperactivité, et jusqu'aux tentatives de suicide et aux suicides, etc. ; du recueil des modifications dans le rapport à l'enfant : baisse de la natalité, conception de plus en plus tard dans la vie, choix d'un enfant (d'en faire un, de tel sexe, sans «tares»), phobies de l'enfant (celui que l'on pourrait avoir comme celui des autres), refus d'enfant, rejet des enfants, sous-équipements en crèches, haltes-garderies, pénurie d'aides maternelles, etc. ; ou, encore, des nouvelles législations qui tentent de s'adapter à un enfant dont on a l'impression qu'il devient un ennemi (abaissement de l'âge de la responsabilité, des poursuites légales et des condamnations «adultes» (incarcération), nouveaux types de placements, etc. ; à quoi il faudrait ajouter les enfants victimes de la guerre, des migrations, les enfants soldats, le travail des enfants, etc.
Cette énumération est loin d'être exhaustive. Elle suggère simplement que lorsque «l'enfant paraît», pour reprendre le titre de l'émission qui a révélé Françoise Dolto au grand public, celui-ci ne se retrouve pas dans les meilleures conditions pour se réaliser comme sujet. Comment se débrouillait-il «autrefois», et comment en est-on arrivé là ? Qu'est-ce que la psychanalyse vient faire dans ce contexte ?
Que ce soit comme praticien de la psychanalyse, chercheur ou enseignant, les symptômes de l'enfant, sa place dans notre société, l'accueil qui lui est réservé, ont régulièrement, et pour cause, donc, retenu mon attention : pour l'enfant lui-même, bien sûr, mais également pour ce qu'il révèle des modifications quasi anthropologiques et sociales propres à notre temps, ainsi que des solutions auxquelles il est contraint pour s'adapter et y survivre. L'avenir de l'humanité est en somme enjeu, là. En me retournant sur quelques-uns des travaux qui ont jalonné ma réflexion ces quinze dernières années (2001-2016), il me semble que se dessine une logique, celle qui préside à ces mutations et rend compte des mauvais traitements de l'enfance, et quelques perspectives cliniques nouvelles, que je souhaite mettre à disposition. Bien sûr, les psychologies et la psychanalyse elle-même ne sont pas épargnées par le formatage capitaliste. Mais les foyers de résistance existent, qui s'offrent encore comme points d'appui au levier de la clinique. Et je voudrais aussi montrer que l'enjeu de cet examen et de notre engagement avec la psychanalyse est politique, que nous le sachions ou non.

 
 
Revue de presse

Michel Guilloux - L'Humanité du 15 juin 2017
On suit avec intérêt le travail d'articulation par-delà les questions de genre, des fonctions paternelle et maternelle bousculées par cette dictature du « discours capitaliste », une approche qui, ici, fait écho à maints débats ­contemporains et qui ont vu parfois des prises de position ­surprenantes « au nom de la psychanalyse ». « L'enfant » du titre renvoie à la question clef de son accès à la névrose, qui détermine selon les réponses une ­acceptation ou une négation de l'humain. La « bataille politique » a, elle, pour ambition de contribuer aux efforts pour « habiter le commun ».

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?