Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Dans la maison du Ver

Couverture du livre Dans la maison du Ver

Date de saisie : 19/06/2017
Genre : Science-fiction, Fantastique
Editeur : Pygmalion, Paris, France
Auteur : George R. R. Martin
Traducteur : Pierre-Paul Durastanti

Prix : 15.00 €
ISBN : 9782756421919
GENCOD : 9782756421919 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 24/05/2017

 
 
4ème de couverture

Sous les ruines d'un monde ancien grouille la vie...

Dans une ville croulante, sur une planète mourante et oubliée de tous, le jeune Annelyn profite de la fête organisée à l'occasion de la nouvelle Mascarade solaire. Superbe dans son costume de soie, son arrogance est à la hauteur de sa beauté.
Quand il est moqué devant ses nobles amis par le Viandard, chasseur de grouns, il échafaude un plan de revanche. Mais la terrible vérité qui se cache derrière l'histoire de son ennemi va transformer sa tentative en une inexorable descente aux enfers...

George R. R. Martin, scénariste et producteur au cinéma et à la télévision, est l'auteur de nombreux romans et séries à succès, dont Le Trône de Fer adaptée sous le titre Game on Thrones par HBO, et récompensée à plusieurs reprises du prestigieux prix Locus.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Depuis des temps immémoriaux, la Maison du Ver restait livrée à la corruption - ce qui allait de soi, car la corruption n'est autre qu'un des attributs du Ver blanc. Les yaga-la-hai, les enfants du Ver, se contentaient de sourire et de vivre leur vie, bien que les tentures pourrissent sur les parois de leurs tunnels interminables, que leurs effectifs se réduisent année après année, que la viande se fasse de plus en plus rare et que la roche qui les entourait tombe en poussière. Au sein des terriers supérieurs, où les meurtrières laissaient entrer la lueur rouge de la grosse braise mourante dans le ciel, ils allaient et venaient, tout à leurs activités. Ils rallumaient leurs torches, planifiaient leurs Mascarades et faisaient le signe du Ver en passant près des galeries aveugles où, selon la tradition, les grouns marmonnaient et attendaient (si on disait l'enfilade de pièces et de boyaux de la Maison du Ver infinie, car censée s'enfoncer aussi loin que le ciel noir s'élève, les yaga-la-hai ne revendiquaient la possession que de quelques-unes de ses nombreuses salles antiques).
On leur enseignait que le Ver blanc vient pour chacun à la fin, mais rampe avec une extrême lenteur ; que, dans le long processus de la corruption, on a souvent le loisir de festoyer ; et que la pourriture arbore de vives couleurs, aussi maladives soient-elles. À l'instar de leurs ancêtres au fil d'innombrables générations, c'étaient le Verhomme et ses chevaliers humains qui dispensaient la sagesse et imposaient la discipline. Ainsi perdurait la Maison du Ver, même si les grouns rampaient au-dessous et que le soleil s'éteignait au-dessus.
Tous les quatre ans, les yaga-la-hai bien nés parmi les plus intelligents et spirituels se regroupaient dans la Chambre d'obsidienne pour contempler le soleil et absorber ses rayons mourants. Seul endroit possible pour une telle cérémonie, la Chambre se situait au sommet de la Maison du Ver, de sorte que tous les tunnels y menant montaient. Le sol, le plafond et trois de ses murs étaient des pans d'obsidienne fondue, aussi froids et brillants qu'un miroir, et noirs comme la mort. Dans l'intervalle de quatre ans entre deux Mascarades solaires, les enfants du Ver de basse extraction, les servants des torches, y travaillaient sans relâche à polir et à lustrer la pierre afin que la lueur desdites torches, une fois allumées par les chevaliers de bronze, se reflète dans le verre noir. Ensuite les invités affluaient, mille individus revêtus de costumes colorés et de masques fantastiques, et l'obsidienne distordait silhouettes gracieuses et têtes chatoyantes jusqu'à ce qu'une horde de démons bigarrés danse dans une immense bouteille noire.
(...)

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?