Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Mangez-moi

Couverture du livre Mangez-moi

Date de saisie : 00/00/0000
Genre : Romans et nouvelles - français
Editeur : Ed. de l'Olivier, Paris, France
Auteur : Agnès Desarthe

Prix : 20.00 €
ISBN : 978-2-87929-531-2
GENCOD : 9782879295312 Archiver cette fiche

 
 
Le podcasting des écrivains

De Agnès Desarthe - 14/09/2006
Agnès Desarthe - 13/09/2006

Télécharger le MP3

 
 
4ème de couverture

Ouvrir un restaurant ? Quelle idée...

C'est pourtant celle qui vient à l'esprit de Myriam, et qu'elle s'empresse de mettre à exécution. Les ennuis commencent car ce restaurant est aussi sa maison. Éviter la faillite, vivre en clandestine et garder le secret sur un itinéraire trop chaotique constituent l'exercice de jonglage auquel elle se livre chaque jour.

Qui est Myriam ? Une collectionneuse de contradictions.

Un oxymore ambulant. Bannie de chez elle pour une faute inavouable, c'est une âme errante qui n'aspire qu'à la stabilité, une téméraire qui déteste qu'on la surprenne. Son problème, c'est le temps. Comment faire pour que l'avant et l'après coïncident à nouveau ? Que le passé cesse d'être douloureux et que l'avenir s'éclaire ?

Ce livre dont le titre évoque l'Alice de Lewis Carroll est un roman d'aventures spirituelles, en même temps qu'une chronique d'un genre très particulier. Car on se bouscule dans le restaurant de Myriam. Fleuriste amoureux, jeunes filles philosophes, enfants du quartier, et jusqu'à ce cultivateur dont la science des plantes semble infinie, tous participent de la même comédie humaine, lumineuse, mystérieuse : le monde d'Agnès Desarthe. Un monde où le rêve et le réel s'entrelacent, où les disparus reviennent, où le désir voyage.

 
 
Passage choisi

Extrait :
Le jour de l'ouverture, je n'ai prévenu ni mes amis, ni ma famille. Je leur ai donné une fausse date. Cette fois, c'est certain, moi aussi j'ai menti. Les courses sont faites. J'ai rédigé les menus. J'ai préparé ce qui devait l'être. Le reste, au dernier moment. Mais il n'y a pas de dernier moment. J'attends. Personne ne vient. Personne ne sait que mon restaurant existe. Je tremble de midi moins le quart à trois heures et demie. C'est très fatigant, et mon nombril, qui est l'épicentre de ces spasmes resserrés d'angoisse, est mis à rude épreuve.

Lorsque quelqu'un s'arrête devant ma porte, rôde devant ma vitrine, je le chasse mentalement. Il faut qu'un restaurant soit plein ou vide. Un client unique, c'est pire que pas de clients du tout. J'ai décidé d'ouvrir le midi et le soir. C'est peut-être trop pour commencer. Mais je ne vois pas comment je pourrais éviter les erreurs. Je n'ai jamais eu de restaurant. J'ignore comment on fait. Je me suis longuement posé la question de l'approvisionnement et des restes. Quelles quantités acheter ? Que cuire ? Combien de temps garder ? J'ai réfléchi et j'ai trouvé. La réponse est : comme pour une grande famille. Le poisson : cru le jour même, cuit le lendemain s'il n'a pas été mangé, puis transformé en terrine le troisième jour et en soupe le quatrième. Ainsi faisait ma grand-mère.

 
 
Revue de presse

Fabienne Pascaud - Télérama du 28 septembre 2006
Agnès Desarthe sait l'art de faire grave et gai, profond et léger, de composer un délectable méli-mélo de personnages tragi-comiques. C'est qu'elle accommode chacune de ses phrases, chacun de ses chapitres en maîtresse cuisinière, nous faisant redécouvrir avec subtilité la saveur de chaque mot. A la fois concrète, poétique et métaphysique. Il faut donc se hâter de dévorer ce sorcier livre-là.

Thierry Gandillot - L'Express du 21 septembre 2006
Les jurés du Renaudot l'ont repérée, qui l'ont couchée sur leur première liste, pas ceux du Goncourt. Tant pis pour ceux-ci, tant mieux pour ceux-là. Mais la route est longue jusqu'au verdict de novembre et les académicien(ne) s de la place Gaillon peuvent encore se rattraper. Car Mangez-moi - un titre qui devrait mettre l'eau à la bouche des gourmets réunis chez Drouant - est l'un des romans les plus savoureux de cette rentrée littéraire. Elle s'appelle Myriam, tutoie la quarantaine et décide, après six années de galère dues à un coup de folie qui a mis sa vie cul pardessus tête et pour lequel elle a payé le prix fort, d'ouvrir un restaurant...
Dans l'immédiat, on suggère à la Sécurité sociale de rembourser son roman, plus efficace pour le moral que tous les anti-dépresseurs de la pharmacopée moderne.

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?