Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Déplacements

Couverture du livre Déplacements

Date de saisie : 00/00/0000
Genre : Romans et nouvelles - français
Editeur : L. Teper, Paris, France
Auteur : Marie Cosnay

Prix : 11.50 €
ISBN : 978-2-916010-16-8
GENCOD : 9782916010168 Archiver cette fiche

 
 
4ème de couverture

Une jeune femme, la narratrice, revient dans son ancienne maison, dans son ancien jardin, prendre des photos. Dans ce jardin où, il y a six ans, elle a surpris une "scène impossible", qui reste une énigme pour elle. La narratrice a vu, mais elle ne sait pas ce qu'elle a vu. Alors elle cherche.

Marie Cosnay est née à Bayonne en 1965. Professeur de lettres classiques, elle vit et travaille au pays basque. Ecrivain, elle est aussi traductrice de textes antiques. Elle écrit pour le théâtre et participe à plusieurs revues. Elle a déjà publié Que s'est-il passé (Cheyne éditeur, 2003), Adèle, la scène perdue (Cheyne éditeur, 2005) et Villa Chagrin (Verdier, 2006).

 
 
Passage choisi

Trois ans avant que mon mari ne disparaisse, il a été arrêté par la police. On cherchait un homme qui venait d'agresser une jeune femme dans le parking d'un supermarché. L'homme signalé était décoiffé, ses cheveux mêlés à des rebuts de feuillage, il portait deux bidons d'essence, un jean, une veste de cuir. Mon mari portait les vêtements décrits par la victime, il revenait de faire du jardinage chez un ami, il était tombé en panne d'essence sur la nationale, à proximité du parking du supermarché. Mon fils venait de naître, je me penchais sur son berceau quand le téléphone a sonné : que faisait votre mari sur la nationale 117, à quelle heure a-t-il quitté le domicile conjugal. Un peu plus tard nous riions de la confusion - prêts à croire, pour en faire du sensationnel ou de l'esprit, que la plus innocente de nos mains est l'envers de celle qui agresse. Nous riions d'imaginer que l'on pût tomber, après un coup de hasard, dans un gouffre de folie, dans le doute de soi. Je ne sais pas qui riait exactement. Je ne sais pas où je riais. Sûrement pas dans la solitude du petit bureau où je me tenais le plus souvent. L'anecdote murmurait, la fiction du crime murmurait.
Beaucoup plus tard, seule dans la maison désertée par cet homme qui fut mon mari, les jours qui ont suivi son départ, j'épiais deux hommes. L'un, à la terrasse de l'unique café sur la route principale du village, lisait les journaux comme pour en faire une revue de presse. L'autre, débraillé, droit sur le trottoir, s'enquérait de l'adresse d'un dentiste. Pendant une semaine l'homme au dentiste arrivait ponctuellement à huit heures le matin, y était encore à l'heure où nous revenions, mon fils et moi, vers dix-sept heures trente. Je n'avais recours à aucune explication rationnelle. D'une part la vie continuait assez semblable à ce qu'elle fut toujours, et d'autre part elle avait un fond caché qui me remuait, au moment du sommeil, d'une peur facile.

 
 
Revue de presse

Christine Ferniot - Télérama du 1er février 2007
Marie Cosnay garde les mêmes obsessions de livre en livre : retrouver la trace, reconnaître le geste, recomposer ce qui s'est vraiment passé pour pouvoir enfin l'écrire...
Avec ses phrases en spirale où la poésie n'est jamais gratuite, Marie Cosnay écrit un texte ténébreux sur la quête toujours incertaine de la réalité et sur les peines tenaces qu'il faut un jour évacuer pour recommencer à vivre.

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?