Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. A l'irlandaise

Couverture du livre A l'irlandaise

Date de saisie : 11/01/2007
Genre : Romans et nouvelles - étranger
Editeur : Robert Laffont, Paris, France
Auteur : Joseph O'Connor
Traducteur : Isabelle Delord-Philippe

Prix : 10.90 €
GENCOD : 9782221108420 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 11/01/2007

 
 
4ème de couverture

«Ma tendre chérie». C'est ainsi que Billy Sweeney s'adresse à sa fille violée dans une station-service et depuis lors plongée dans le coma. Dans une longue lettre passionnée et mélancolique, il lui raconte son histoire et comment il a cherché à se venger de son agresseur. Billy se souvient de l'insupportable culot qui émanait de Donal Quinn le premier jour du procès. Il se souvient que c'est à ce moment-là qu'il a décidé de tuer le jeune homme.
Quand, le deuxième jour du procès, il apprend que Quinn s'est enfui, Billy se transforme en chasseur.
Nuit après nuit, il traque le voyou évadé dans les bas-fonds de Dublin. Bientôt, le père meurtri et sa proie se retrouvent face à face dans une volière désaffectée.
S'ensuit une confrontation entre deux hommes qui n'ont plus rien à perdre et rivalisent de cruauté.
Selon Roddy Doyle, «Joseph O'Connor a l'oeil pour saisir l'absurde de la vie quotidienne, et l'oreille pour capter le comique dans les propos les plus banals» ; il le démontre dans cette renversante ode à la fragilité humaine.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Puisque cette histoire doit bien débuter quelque part, je commence par ma première rencontre avec ta mère. Seánie, moi et les autres gars de Ringsend formions un petit groupe de skiffle quand nous étions jeunes, tu te rappelles ? On s'appelait les Ray-town Rhythm Kings - excuse du peu ! - et on allait avoir un succès monumental. Un gars obèse, du nom de Noël Bascombe, était à la batterie. Tout le monde le surnommait Buckets Bascombe. On disait à Buc-kets qu'il était déjà monumental. Il aurait pu porter son ventre en kilt !
Moi, je jouais du piano, chaque fois que nous pouvions en trouver un ; sinon, je grattais sur un vieux banjo ou une énorme guitare cabossée, avec une résonance terrible et de grosses cordes d'acier qui me mettaient les doigts en sang. Seânie Ronan - le père Seán - avait une belle guitare Hofner rouge semi-acoustique, qu'il avait commandée sur un catalogue envoyé par une tante de Chicago.
La dernière fois que je suis tombé sur Noël, c'était en ville, il y a environ un an. Peu après cette nuit épouvantable et ce qui t'est arrivé, par un de ces après-midi d'automne dublinois, sombres et mouillés, où on a la peau cuisante et mal aux pieds de froid. Je descendais Grafton Street à toute vitesse, en retard pour quelque chose, quand, en levant les yeux, j'ai remarqué par hasard cet énorme bonhomme indolent, qui regardait fixement la vitrine de Brown Thomas. Je l'ai immédiatement reconnu, alors que je ne l'avais pas revu depuis une éternité. J'ai traversé et lui ai tapé sur l'épaule. Je ne m'étais pas trompé ; c'était bien Buckets. L'accolade qu'il m'a donnée a manqué me briser l'échiné. Aujourd'hui il vit à Milwaukee, dans le Wisconsin, il a épousé une Libanaise en troisièmes noces, il n'était pas revenu au pays depuis près de vingt ans, m'a-t-il raconté. Là-bas, il était conducteur de motrice chez Amtrak. Je lui ai dit que j'avais abandonné l'enseignement quelques années plus tôt - j'ai menti sur le nombre d'années - et que je vendais des antennes paraboliques de télévision. Il a ri.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?