Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. 10 bonnes (ou mauvaises) raisons de se marier

Couverture du livre 10 bonnes (ou mauvaises) raisons de se marier

Date de saisie : 00/00/0000
Genre : Documents Essais d'actualité
Editeur : Max Milo, Paris
Auteur : Claire Steinlein

Prix : 16.00 €
ISBN : 978-2-35341-015-6
GENCOD : 9782353410156 Archiver cette fiche

 
 
4ème de couverture

«L'amour est un feu qui vivifie et non une flamme qui dévore.» P. J. Stahl, éditeur de Balzac, de Victor Hugo et de Zola.

Dois-je vraiment me marier cet été ? Est-ce la bonne personne ? Suis-je prêt(e) à m'engager officiellement ? Se marier, n'est-ce pas risquer de tuer l'amour par la routine ?
Le mariage semble retrouver aujourd'hui ses lettres de noblesse. Mais si tous les sondages auprès des jeunes montrent qu'il n'est plus vieux jeu de se marier, qu'ils sont de plus en plus nombreux ceux qui cherchent un cadre à leur tableau affectif, se marie-t-on pour les mêmes raisons qu'autrefois ?
Cette enquête examine à la loupe les dix raisons contemporaines de passer devant le maire ou le curé. Tout en rappelant que le mariage d'amour est une idée neuve, elle démontre que l'amour seul n'explique plus tout. La cérémonie du mariage est devenue autant un divertissement onéreux que, pour certains, le dernier lieu où affirmer une quête de sacralité dans un monde de brutes.
Aussi exhaustif qu'humoristique, émaillé de citations des plus grands auteurs, qui n'ont pas toujours eu une vision romantique de l'alliance contractuelle entre deux êtres, ce texte sera autant salutaire à ceux qui doutent encore qu'à ceux qui, portés par l'enthousiasme, pourraient bien finir plus tôt qu'ils ne le pensent sur la case divorce.

Claire Steinlein est journaliste. Elle collabore à plusieurs titres (Nouvel Observateur, Infrarouge, Le télégramme...).

 
 
Passage choisi

Condamné dans les années 70, enterré dans les années 80, moqué dans les années 90, le mariage semblait devoir mourir de sa belle mort au tournant du xxr siècle, comme vestige oublié de moeurs aussi folkloriques qu'ennuyeuses. Il rimait avec adultère, belle-mère, et haricots verts. Au mieux, cela s'apparentait à un exercice imposé pour «fonder» une famille. «Place à la liberté !», ce fut la nouvelle devise. Liberté de cohabiter, d'avoir des enfants sans passer devant monsieur le maire, de choisir sa vie sexuelle, sans contrainte et sans peur des préjugés...
Mais voilà, le mariage fait depuis les années 2000 son grand come-back, et pas seulement sous nos deux hexagonaux. Dans le reste de l'Europe aussi, le mariage a la cote : en Belgique, en Suisse, au Danemark, à Chypre - il n'y a que chez les Anglais, qui décidément ne font rien comme nous, que l'institution du mariage connaît une chute brutale : depuis que la loi britannique a offert aux concubins les mêmes avantages qu'aux couples mariés, on se passe de la robe blanche et des alliances.
Aucun cas de figure n'est écarté. Des jeunes, enfants du divorce eux-mêmes, décident-ils de se marier malgré tout ? Et alors ! Ils ont un autre rapport que leurs parents à l'heureux événement, un rapport plus ludique. Quadras, deux enfants et divorcés ? Qu'à cela ne tienne, on organise un remariage en grande pompe, plus réussi que le premier, puisque l'on choisit son conjoint et sa cérémonie avec moins de candeur et plus de légèreté, et en croyant savoir ce qui a échoué la première fois... Trentenaires, en couple depuis dix ans, un enfant ? On se prouve qu'on s'aime en se mariant devant famille et amis au grand complet, comme une piqûre de rappel du lien qui unit le couple depuis si longtemps : une occasion de faire la fête.
La fête ? Oui, nul besoin de voir dans la nouvelle vogue du mariage un retour au spirituel : les athées peuvent refuser la solennité d'une cérémonie religieuse sans pour autant faire une croix sur les grandes orgues. Tous et toutes semblent chercher une façon «fun» de célébrer leur engagement pour un bout de vie autrement que leurs parents. Ils veulent du sur-mesure. En faisant, autant que possible, un pot-pourri de rites et de symboles. Plutôt planter un chêne que porter des chaînes !

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?