Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Le tour maudit

Couverture du livre Le tour maudit

Date de saisie : 11/10/2007
Genre : Policiers
Editeur : Métailié, Paris, France
Auteur : Louise Welsh
Traducteur : Céline Schwaller

Prix : 18.00 €
ISBN : 978-2-86424-628-2
GENCOD : 9782864246282 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 11/10/2007

 
 
4ème de couverture

Lorsque William Wilson, un jeune prestidigitateur alcoolique dans la dèche, décroche un contrat dans un cabaret à Berlin, il croit que sa chance a tourné. En effet, au cours de son dernier spectacle à Glasgow, il a rencontré des spectateurs qu'il préférerait oublier. Entre autres, il a subtilisé pour le compte d'un ami un portefeuille contenant la photo d'une femme, et son client a été assassiné. Dans les bas-fonds de Berlin, entouré de femmes ambiguës et d'escrocs, il perd son coeur et la tête. Cependant il a du talent, surtout pour ce tour de prestidigitation qu'on a surnommé le "Tour maudit" et c'est là qu'il va être rattrapé par les secrets et que la frontière entre le théâtre et la réalité va s'estomper pour lui.
Illuminée par le charme décadent du théâtre burlesque, cette aventure contemporaine tient le lecteur en haleine jusqu'à l'explosion finale.

Louise Welsh vit à Glasgow. Elle est l'auteur de plusieurs best-sellers et a reçu le prix du Crime Writers' Association Creasy Dagger et le Saltire First Book Award. Le Tour maudit est son deuxième roman traduit en France.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

LONDRES

Le soir où j'ai rencontré Sylvie, elle m'a sauvé de la mort. L'horloge a tourné et les feuilles de l'éphéméride sont passées du rouge au noir et inversement, affichant les mêmes couleurs que des cartes à jouer, et je m'aperçois qu'il s'est écoulé plus d'un an depuis notre première rencontre.
À cette sombre époque, j'étais connu sous le nom de William Wilson, télépathe et illusionniste. La prestidigitation se débarrassait du carcan du smoking et du noeud papillon en velours. Elle était sortie du créneau horaire des émissions de télé familiales pour entrer dans les clubs, passer dans la clandestinité et rouler sa bosse avec les spectacles de monstres et les cirques, et elle semblait prête à retrouver son heure de gloire. J'étais l'un des nombreux types qui pensaient pouvoir redonner vie à la profession, à condition d'avoir la bonne opportunité. Comme un joueur de poker qui attend la bonne coupe.
J'avais quitté Glasgow pour Londres sept ans plus tôt et j'écumais depuis le circuit britannique, assez longtemps pour presque reconnaître les villes où je me trouvais, assez longtemps pour m'en moquer. Je chauffais la salle pour toute une tripotée de pitres et de comiques. J'étais le type que personne ne venait voir. J'avais joué dans tous les théâtres du pays; fait mon numéro dans toutes les salles. J'avais lâché des colombes sous le plafond du Playhouse et les avais regardées chier sur la tête du public du Ciffs Pavillon. À Liverpool, une femme s'était évanouie sur scène et avait dû être traînée en coulisse. À Portsmouth, une bande de marins avait poursuivi une ouvreuse dans les allées de la salle. À Belfast, j'avais couché avec une fille au Botanic Hotel.
J'avais également connu quelques moments excitants sur le plan professionnel. Un dénicheur de talents qui pensait pouvoir me trouver un créneau susceptible de mener à une série télévisée, une compagnie de production indépendante qui proposait de réaliser un documentaire sur mon numéro. Mais pour finir, ces gens semblaient être de pires ratés que moi. Moi au moins, j'étais capable de monter un spectacle.
Mon agent s'appelait Richard Banks, Rich pour les intimes. Il représentait une ribambelle de comiques, un ou deux animateurs de jeux télévisés de l'après-midi et moi. Rich était agent depuis l'âge d'or de la variété. Dans les années 1950, il avait récupéré les amuseurs engagés pour faire rire les soldats britanniques pendant la guerre, s'était lancé dans la musique pop dans les années 1960, et dans les années 1970 il était devenu fournisseur régulier de ce qu'il se plaisait à appeler du "talent" pour les villes portuaires de Brighton à Blackpool. Deux de ses poulains étaient même allés jusqu'à assurer la soirée du samedi au London Palladium. Ensuite, l'industrie du spectacle s'était améliorée et Rich avait évolué, ajoutant une nouvelle génération de comiques à son armada. Rich était réaliste et possédait une grande faculté d'adaptation mais il était aussi loyal ; après tout, comme il le disait lui-même : "La loyauté ne coûte rien, William."

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?