Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. ... s'arrête? je

Couverture du livre ... s'arrête? je

Date de saisie : 10/10/2007
Genre : Poésie
Editeur : L'HEXAGONE, Montréal, Canada
Auteur : Nathalie Stephens

Prix : 15.95 €
ISBN : 978-2-89006-792-9
GENCOD : 9782890067929 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 10/10/2007

 
 
4ème de couverture

... s'arrête ? Je existe dans un lieu indistinct, brouillant géographies et trajectoires. Tendu entre les corps de Nathalie et de Nathanaël, entre la dissolution et l'abjection, entre les frontières qui limitent le corps parmi ses constructions - la ville et ses noms, les traversées de frontières -, le récit, effrité et fracturé, disloque sa propre pulsion. Le texte s'adresse à l'affolé et à l'affolant, mais qu'est-ce que la folie éloignée des langues qui l'emmurent ?

Nathalie Stephens (Nathanaël) écrit l'entre-genre en anglais et en français. Elle est l'auteure d'une douzaine d'ouvrages, dont Touch to Affliction, L'injure, Paper City et l'essai de correspondance L'absence au lieu (Claude Cahun et le livre inouvert).

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Il est possible de faire de sa journée une lettre, des lettres.

Ici dans cette ville les lettres sont nombreuses et les journées sont nombreuses. La ville qui devait être tout ce qui venait avant. J'avoue l'avoir exaltée. À présent il y a la rivière découpée et nos pieds estropiés. À présent il y a les fils électriques qui tiennent lieu d'horizon. Et les ponts. De loin ils seraient magnifiques. Mais sous les pieds... Il y a une petite île de hérons. Et au-delà le terrain de chasse. Des coups de feu. Les chiens s'affolent. Chiens de ville. Leurs coeurs repliés. Et moi ? Peu importe. J'aboie à leur côté.

Je cherchais de quoi adoucir. La chute de la chose. L'élan de la chose. L'hiver était des plus glacials. La rivière n'avait rien de nostalgique comme je l'avais imaginé. Intempestif est le mot que j'avais utilisé. Le vent moussait de blanc cette eau tour­mentée. Majestueuse. J'y vivrais, je m'étais dit. Accrocherais mon regard au roc glacé. Quelle idée ! Six mois et déjà je m'en vais. Eugène a dit une ville en vrac. Il avait raison. Au début, c'était monumental. Une saillie de béton magnifique. Des escaliers en tournoiement. Des tourelles. Une rue piétonne. Des pigeons qui crottent sur les pavés. Une joie de vivre ? Mieux vaut ne pas rêver. Les chiens se sont mis à tousser. Je me suis couchée sur le sol. Par curiosité. Le policier n'a pas tardé à me chasser de là.

Ici il y a un seul poème, et les poètes l'écrivent sans arrêt.

Il y a la fièvre qui vainc.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?