Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. L'amour des trois oranges

Couverture du livre L'amour des trois oranges

Date de saisie : 02/03/2010
Genre : Poésie
Editeur : La Délirante, Paris, France
Auteur : Carlo Gozzi
Traducteur : Eurydice El-Etr

Prix : 25.00 €
ISBN : 9782857450948
GENCOD : 9782857450948 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 15/10/2009

 
 
Le podcasting des écrivains

27/08/2010
Fouad El-Etr

Télécharger le MP3

 
 
4ème de couverture

On connaît surtout l'opéra qu'a fait de cette mythique pantalonnade de la commedia dell'arte, qui mêle au loufoque le merveilleux, Serge Prokofiev. Mais c'est à partir d'un conte théâtral de Carlo Gozzi, contemporain et rival de Goldoni dans la Venise du XVIII° siècle, que Meyerhold, par l'intermédiaire de Guillaume Apollinaire, qui la lui avait fait connaître, a suggéré son opéra à Prokofiev.

L'Amour des trois Oranges est inspiré, ainsi que son auteur se plaît à le souligner, d'un conte pour enfants très populaire en Italie. Le texte traduit par Eurydice El-Etr n'est pas une pièce à proprement parler - le scénario original de Gozzi, simple canevas pour les improvisations de la commedia dell'arte, étant sans doute à jamais perdu. C'est un récit insolite, la description de ce qu'était la pièce lors de ses premières représentations, et que Gozzi, avec minutie et humour, rédige une dizaine d'années plus tard, lorsque paraissent ses oeuvres complètes. Rares exceptions, ces quelques passages où Gozzi fait venir soudain ses personnages sur la page et leur donne la parole en ces vers matelliens, inventés par Jacopo Martello au début du siècle à l'imitation de l'alexandrin français, et dont il brocarde la monotonie et la platitude.

Modèle de création pour les Romantiques allemands, comme le rappelle Eurydice El-Etr dans sa préface, «L'Amour des trois Oranges», tout comme ses autres contes théâtraux, ont également exercé sur les compositeurs d'opéra une force d'attraction toujours renouvelée qui, de Wagner à Henze, en passant par Puccini, Busoni, Casella ou Prokofiev, ne s'est pas encore démentie. Et, après une longue hibernation, les pièces féeriques de Gozzi ont été remises à l'honneur sur les scènes de théâtre tout au long du XX° siècle (Meyerhold, Vakhtangov, Reinhardt, Copeau, Strehler, et, plus près de nous, Egisto Marcucci, Andrei Serban, Ellen Stewart, Benno Besson, etc.), confirmant ainsi leur vocation théâtrale.

Dans la pièce, c'est bien la bouffonnerie qui prime, mais le merveilleux aussi souvent affleure - malgré les efforts de Gozzi pour en démystifier les ficelles - ramenant le lecteur, comme jadis le spectateur, à un état d'enfance, d'innocence et de disponibilité absolues, jeu auquel Gozzi lui-même avoue, à l'Acte Deuxième, s'être laissé prendre. C'est ce double fil chez lui qui a inspiré écrivains, hommes de théâtre, musiciens : ainsi Meyerhold qui, au début du siècle dernier, donne pour nom «L'Amour des trois Oranges» à sa revue d'avant-garde, et fait travailler ses élèves du Studio sur un divertissement tiré de cette pièce, qui inspirera l'opéra homonyme de Prokofiev.

Carlo Gozzi (1720-1806) vécut à Venise toute sa vie. Ecrivain de génie il partage alors la scène pour la plus grande joie du public avec Carlo Goldoni. Nés à quelques années d'intervalle, ces deux personnages qui se côtoyaient tous les jours et qui se haïssaient cordialement vivront l'un et l'autre quatre-vingt six ans. L'un et l'autre laisseront des mémoires qui sont deux miroirs où Venise se contemple sans fard.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Courrier des auteurs (en partenariat avec Fnac.com et lechoixdeslibraires.com)


On connaît surtout l'opéra qu'a fait de cette mythique pantalonnade de la commedia dell'arte, qui mêle au loufoque le merveilleux, Serge Prokofiev. Mais c'est à partir d'un conte théâtral de Carlo Gozzi, contemporain et rival de Goldoni dans la Venise du XVIIIe siècle, que Meyerhold, par l'intermédiaire de Guillaume Apollinaire, qui la lui avait fait connaître, a suggéré son opéra à Prokofiev.

L'Amour des trois Oranges est inspiré, ainsi que son auteur se plaît à le souligner, d'un conte pour enfants très populaire en Italie. Le texte traduit par Eurydice El-Etr n'est pas une pièce à proprement parler - le scénario original de Gozzi, simple canevas pour les improvisations de la commedia dell'arte, étant sans doute à jamais perdu.
C'est un récit insolite, la description de ce qu'était la pièce lors de ses premières représentations, et que Gozzi, avec minutie et humour, rédige une dizaine d'années plus tard, lorsque paraissent ses oeuvres complètes. Rares exceptions, ces quelques passages en vers où Gozzi fait venir soudain ses personnages sur la page et leur donne la parole.

Modèle de création pour les Romantiques allemands, comme rappelle Eurydice El-Etr dans sa préface, «L'Amour des trois Oranges» tout comme ses autres contes théâtraux, ont exercé sur les compositeurs d'opéra une force d'attraction toujours renouvelée qui, de Wagner à Henze, en passant par Puccini, Busoni, Casella ou Prokofiev, ne s'est pas encore démentie.

Dans la pièce, c'est bien la bouffonnerie qui prime, mais le merveilleux aussi souvent affleure - malgré les efforts de Gozzi pour en démystifier les ficelles - ramenant le lecteur, comme jadis le spectateur, à un état d'enfance, d'innocence et de disponibilité absolues, jeu auquel Gozzi lui-même avoue, à l'Acte Deuxième, s'être laissé prendre.
C'est ce double fil chez lui qui a inspiré écrivains, hommes de théâtre, musiciens : ainsi Meyerhold qui, au début du siècle dernier, donne pour nom «L'Amour des trois Oranges» à sa revue d'avant-garde, et fait travailler ses élèves du Studio sur un divertissement tiré de cette pièce, qui inspirera l'opéra homonyme de Prokofiev.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?