Avec Fnac.com,le site culturel Passagedulivre.com produit des chroniques littéraires pour mieux choisir vos livres préférés.

 

Les lecteurs de Livres Hebdo sont invités à découvrir sur Passagedulivre.com les plus beaux portraits des auteurs et des traducteurs.

 

Découvrez les interviews décalées des auteurs et des traducteurs.

 

Abonnez vous à la correspondance "Fnac.com et l'actualité des livres", envoyée chaque semaine à plus de 400 000 amoureux des livres. Vous y trouverez notamment les interviews décalées des écrivains et des traducteurs, et de courts extraits de vos livres préférés.

 

Amis éditeurs, une page de ce site a été spécialement conçue pour vous : la foire aux questions.

 

Bonne visite sur Passagedulivre.com !

 

.. Comment recycler les oiseaux mazoutés : et autres bons conseils d'écologie horripilante

Couverture du livre Comment recycler les oiseaux mazoutés : et autres bons conseils d'écologie horripilante

Date de saisie : 05/12/2010
Genre : Environnement
Editeur : Plume de carotte, Toulouse, France
Auteur : Sergio Emilson

Prix : 16.00 €
ISBN : 9782915810615
GENCOD : 9782915810615 Archiver cette fiche
Commander ce livre sur Fnac.com Sorti le : 25/10/2010

 
 
4ème de couverture

Il fut un temps où l'écologie était joyeuse, légère, pleine d'optimisme et de fraîcheur.
Elle a lentement glissé dans un sommeil profond. Elle s'est réveillée avec une gueule de bois même pas issue de forêts gérées durablement.
Quelques dizaines d'années plus tard, l'écologie est devenue obligatoire, moralisatrice et culpabilisante, avançant quelquefois avec le faux-nez du greenwashing.

Il était temps de la tourner en dérision pour contribuer à la rendre plus humaine. En cette époque où il faut être plus bio que bio, où l'on se sent pris pour un terroriste parce qu'on n'a pas de compost chez soi, ce livre est un vrai pastiche pour souffler un peu face à l'écologiquement correct !

Un peu d'humour et de recul pour au final mieux faire passer le message, ça se tente, non ?

L'auteur : Sous le pseudonyme de Sergio Emilson se cache une signature connue de l'édition. Parmi ses nombreux ouvrages publiés citons Légumes oubliés et alternatives psychiatriques en milieu carcéral aux éditions du Désespoir, et, dans la collection des guides Pratique et Pas Cher, Monte-Carlo pour moins de 8 000 euros par jour.

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
 
Passage choisi

Extrait de l'avant-propos

Homo ecologicus

Il fut un temps où l'écologie était joyeuse. On partait en vacances dans le Larzac pour aller voir... ben surtout des cailloux, et d'autres gens illuminés des mêmes espoirs que les nôtres, venus voir... ben des cailloux.
Ces processions se faisaient dans de vieilles 4 L achetées aux PTT ou à EDF/GDF et dans des bus Volkswagen colorés, rendus mobiles par une essence ordinaire plombée au-delà des seuils du raisonnable, tous plus polluants que les actuels 4X4. Le seul fait de déposer des brassées de bouquets secs sur leurs tableaux de bord suffisait à les adouber «écolos», en même temps que leurs passagers.
Pour enfoncer le message, un autocollant déclinait poliment un Nucléaire ? Non, merci, si possible en allemand, nos grands-frères en écologie. Le fin du fin était atteint lorsque l'invite était rédigée en bulgare ou en occitan, Nucleari ? Que nani ! Suant dans de gros pulls paysagers tricotés main, sur les conseils de 100 idées, on rejetait la société de consommation. Pauvres de nous ! On n'avait encore rien vu du désastre à venir ! Cette proto-écologie était joyeuse, légère, aérienne, pleine d'optimisme et de fraîcheur. Elle a lentement glissé dans un sommeil profond.

Son avatar s'est réveillé des dizaines d'années plus tard. Et avec une gueule de bois, même pas labellisée FSC (Forest Stewardship Council).Tâchons de l'illustrer par l'exemple du recyclage, sans doute le geste écolo le plus commun, de nos jours, et partagé par le plus grand nombre.

Tu recycleras dans la douleur

Réutiliser, réparer, faire durer les objets, c'est la base même de l'écologie au quotidien. Mais vient le temps ultime du démantèlement et du recyclage pour les amener à une «seconde vie», le terme vaut son pesant de spiritualité. Sur ce terrain, le verre et l'acier des canettes de boissons sont au panthéon : ils peuvent se recycler in-dé-fi-ni-ment, de quoi attirer la sympathie teintée d'admiration des fidèles pratiquants. Il n'est dit nulle part si une bouteille mille fois réincarnée atteint le nirvana et rejoint le paradis des bouteilles, mais on sent bien qu'on y croit un peu.
Les processions de récupérateurs se suivent vers les conteneurs, nouveaux lieux de communion, de complicité au moins. Qui n'a pas eu ce petit regard entendu à l'égard de l'écocitoyen mitoyen, le temps de la dépose ? Ce petit air qui semble dire : «on est des types bien !».
Une petite bouffée de bonheur bien vite ternie par le premier commandement du recyclage : Tu recycleras dans la douleur. Car à n'en pas douter, l'inconfort intellectuel est la base même de la nouvelle écologie qu'on nous vend aujourd'hui.

Prenons les bouteilles plastique. Il a fallu des années pour vous amener à les apporter dans les bornes de recyclage. Et encore, près des 2/3 échappent toujours à la collecte. Pas le temps de savourer ce demi-succès (ou tiers de succès). On vous a rebattu les oreilles dès le début pour ôter les bouchons avant de collecter les bouteilles. Obéissants, vous pensiez être tranquilles. Que dalle ! Toutes les bouteilles sont pleines de vide, un bon recycleur doit limiter leur volume en les écrasant. Coup de talon contre compression entre les mains, vous voilà dans la peau du parfait écocitoyen. Pas du tout, les bouteilles reprennent leur volume : la seule façon d'y remédier, c'est d'expulser le plus d'air possible et de reboucher immédiatement. On vous a dit d'ôter les bouchons ? Oui mais ça, c'était avant, depuis on peut les laisser. Encore que c'est autant de bouchons que vous ne collectez pas pour acheter des fauteuils de sport pour les handicapés. Salauds ! Et les bouteilles d'huile ? Comment, vous ne savez pas qu'elles se recyclent aussi depuis trois ans ? Vous êtes à deux doigts de laisser tout tomber et de jeter tout à la poubelle, comme au bon vieux temps. Ne pas recycler, vous n'y pensez pas sérieusement, au moins ? Vous voulez vous mettre au ban de la société ? Et encourager l'enfouissement ou l'incinération des déchets ?
Dépités, vous envisagez de vous limiter au verre. Tiens, justement, non seulement vous n'en récupérez qu'un peu plus de la moitié, mais en plus vous êtes incapables de faire comme les Allemands qui trient le verre blanc du verre de couleur. En plus, vous êtes la honte de l'Europe !

logo fnacCommander ce livre sur Fnac.com

 
Nous contacter - Informations légales - Vous êtes éditeur ?